Cinéma

Le film « Fièvres » d’Hicham Ayouch remporte l’Etalon d’or du FESPACO

fièvres
fièvresLe film « Fièvres » du cinéaste Marocain Hicham Ayouch a remporté, samedi à Ouagadougou, l’Etalon d’or 2015 du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).

« Fièvres » présente, une analyse des rapports sociaux, sur la base de l’histoire d’un petit garçon, Benjamin, placé en foyer, mais dont la vie sera bouleversée le jour où sa mère va en prison et révèle aux services sociaux et à son fils l’existence d’un père qu’il ne connaissait pas, et avec lequel il devrait désormais vivre. Le petit, à la fois violent et sensible, découvrira alors un père cassé et dépressif, qui réside avec ses grands-parents dans une cité de la région parisienne, à Noisy-le-Sec.

Hicham Ayouch s’est dit fier de recevoir cette prestigieuse distinction continentale. « Je suis heureux et fier de recevoir un prix de l’ensemble des gens de mon continent, qui est l’Afrique », a-t-il déclaré à la Map peu après la cérémonie de remise des prix qui s’est déroulée en présence du président du Burkina Faso, M. Michel Kafando.

Le cinéaste marocain a reçu l’Etalon d’or de yennenga pour son long métrage ‘’Fièvres’’ qui était en compétition avec 18 autres œuvres de réalisateurs africains pour décrocher la plus prestigieuse récompense de cette grande manifestation cinématographique.

« J’espère que mes compatriotes marocains auront l’occasion de voir ce film, qui n’est pas encore sorti, et qu’ils soient heureux de ce prix », a-t-il dit, ajoutant qu’en tant que « Marocain, je me sens profondément africain, et le fait de participer à ce festival au Burkina Faso constitue pour moi un grand bonheur et un honneur ».

« Fièvres » présente, une analyse des rapports sociaux, sur la base de l’histoire d’un petit garçon, Benjamin, placé en foyer, mais dont la vie sera bouleversée le jour où sa mère va en prison et révèle aux services sociaux et à son fils l’existence d’un père qu’il ne connaissait pas, et avec lequel il devrait désormais vivre.

Le petit, à la fois violent et sensible, découvrira alors un père cassé et dépressif, qui réside avec ses grands-parents dans une cité de la région parisienne, à Noisy-le-Sec.

La 24è édition du Fespaco s’est déroulé du 28 février au 7 mars dans la capitale burkinabè autour du thème « Cinéma africain : la production et la diffusion à l’ère du numérique ».

Outre la haute distinction remportée par ’’Fièvres’’, la Maroc a raflé trois autres prix, à savoir le prix « meilleure image » qui est revenu au long « C’est eux les chiens », de Hicham Lasri, le « Poulain d’or » attribué au court métrage « De l’eau et du sang », du cinéaste Abdelilah El Jaouhary, et le prix « Fiction » remporté, dans la catégorie « films des écoles africaines de cinéma », par l’œuvre « Sagar » de Pape Abdoulaye Seck, représentant l’Ecole supérieure des arts visuels de Marrakech (ESAV).

La participation du Maroc au Faspaco-2015 a été remarquable non seulement par le nombre d’œuvres cinématographiques retenus en compétition officielle et celui des prix remportés, mais aussi par la présence de cinéastes marocains dans les jurys, notamment Lahcen Zinoun (catégorie longs métrages) et Daoud Oulad Sayed (courts métrages), en plus de la participation de la compagnie Royal Air Maroc en tant que transporteur officiel du festival.

Le montant total des prix, officiel et spécial, décernés lors de cette biennale du cinéma africain s’élève à 152 millions de FCFA (près de 232 milles euros), dont 20 millions de FCFA pour l’Etalon d’or.

MAP

Comments
To Top