Musique

Mawazine 2015: La diversité musicale du Maroc sur la scène de Salé

mawazine

mawazineLa scène de Salé met à l’honneur toute la diversité musicale du Maroc, lors de la 14ème édition du Festival Mawazine Rythmes du Monde, prévue du 29 mai au 06 juin à Rabat, avec au menu, musique classique, raï, rap et amazighe, a annoncé, mercredi, l’Association Maroc-Cultures.

Selon un communiqué de l’association, l’un des moments forts de cette programmation sera notamment la soirée qui réunira le samedi 30 mai au niveau de cette scène les figures les plus prometteuses de la nouvelle génération de la musique marocaine, à l’instar de Nidal Ibourk, ex-participante à l’émission The Voice à Beyrouth et auteur d’une récente tournée à succès aux Etats-Unis et Aziz Al Maghribi, qui représente la musique populaire dans de nombreux festivals au Maroc et à l’étranger.

Y seront également présents Moataz Abou Zouz, dont la participation en 2010 à la première édition de Ghaniha w Aliha sur MBC, lui a permis de se faire un nom au Moyen-Orient, ou encore Mohamed Adly, chanteur passionné de Fairouz, Abdelwahab et Essafiqui, qui s’est fait connaître à travers la version arabe de The Voice. Les quatre chanteurs seront accompagnés par l’orchestre Ashjan Al Awetar, dont les trois décennies d’expérience musicale, en font un orchestre majeur au Maroc.

La soirée du 31 mai sera dédiée à la musique amazighe avec la chanteuse Najat Al Houceimiya. Adulée par le public, celle qui œuvre depuis des années à la préservation de la chanson traditionnelle amazighe dans la région du Rif a produit plus de 25 albums à succès, grâce à sa voix unique et une présence scénique remarquable.

Par la suite, Imghrane reprendra des chansons de la province de Tiznit. Véritable ambassadeur de la culture amazighe, le groupe a enregistré plus de 26 albums et s’est produit dans une multitude de manifestations culturelles au Maroc et dans le monde.

Vendredi 29 mai, la musique marocaine, ouverte aux influences extérieures, puisant aussi dans le blues et le jazz, sera incarnée par le répertoire inédit de Khawla El Moujahed. Cette jeune chanteuse de 20 ans proposera au public des chansons influencées par les mélodies d’Oum Kaltoum et Adbelhalim Hafid mais aussi par les rythmes populaires afro-américains. La diversité et le métissage seront également au cœur de la programmation de la scène de Salé. Ainsi, mardi 2 juin, le groupe de Casablanca Gnawa Click, qui a remporté le 3ème prix de la première édition de Génération Mawazine, présentera une fusion entre mélodies du monde et patrimoine marocain, tout particulièrement la musique gnaoua. Textes engagés et influences multiculturelles font aujourd’hui la renommée de cette formation qui est l’un des groupes phares de la scène underground marocaine.

Elément clé du paysage musical du Royaume, la culture rap et hip-hop sera elle aussi dignement représentée le jeudi 4 juin avec Shayfeen, un groupe de Safi qui compte plusieurs collaborations, notamment avec Dj Van, qui est actuellement en train de produire son premier album. Fusionnant le ragga et le rap, la formation fassie Chouft’Chouf se produira également avec des titres récents dont un avant-goût de son prochain album.

Vendredi 5 juin, Cheb Simo sera l’ambassadeur de la musique raï. Né à Taourit et installé en Belgique, où il se produit régulièrement, le jeune chanteur a sorti un premier album en 2008 dans lequel il propose un raï influencé par les styles chaabi et reggada. La musique populaire marocaine sera à l’honneur le samedi 6 juin avec Adil El Miloudi, disque d’or en France grâce à sa collaboration avec Mohamed Lamine et le rappeur français Rohff pour le titre Mon Bled vendu à 250.000 exemplaires. Spécialiste de la Gharbaouia, un style musical du nord-est du Maroc, Adil El Miloudi entonnera ses titres les plus populaires, parmi lesquels Amalek a Zine, Zinek Khater, Rani Mghamra et Jenentinie.

Depuis 2001, le Festival Mawazine-Rythmes du Monde, organisé par l’Association Maroc Cultures, est le rendez-vous incontournable de la scène musicale marocaine et internationale. Chaque année au mois de mai, cette manifestation unique en son genre fait vibrer la capitale Rabat aux sons d’une musique ouverte aux quatre coins du monde grâce à un programme riche et inédit.

Maroc Cultures, une association à but non lucratif créée en 2001, s’est fixée pour mission principale de garantir aux publics de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër une animation culturelle et artistique d’un niveau professionnel digne de la capitale du Royaume.

Comments
To Top