Societe

Maroc : poursuite de l’opération de sauvetage des spéléologues espagnols

spel

spelL’opération de sauvetage des spéléologues espagnols portés disparus durant plus de trois jours dans le massif de l’Atlas au Maroc, se poursuivait dimanche, a constaté un photographe de l’AFP.

Au moins un hélicoptère et une ambulance se tiennent prêtes à l’aéroport de Ouarzazate (sud) pour évacuer les deux spéléologues espagnols en vie et le corps d’un troisième décédé, selon un photographe de l’AFP.

Signalée mardi par six autres membres de leur groupe, inquiets de ne pas les retrouver à leur point de rendez-vous à Ouarzazate, la disparition des trois hommes avait été rendue publique vendredi, soulevant l’inquiétude.

Après leur localisation samedi matin, au niveau de la commune de Tarmest, une opération pour les « secourir » avait aussitôt été entreprise par les unités de la gendarmerie royale et de la protection civile, d’après les autorités locales.

Si deux d’entre eux ont ainsi « reçu sur place les premiers soins médicaux et seront évacuées vers un établissement hospitalier », le « troisième spéléologue est malheureusement décédé », ont indiqué en soirée ces mêmes sources, citées par l’agence MAP.

Les autorités locales ont expliqué que les trois hommes, qui n’étaient « pas accompagnés d’un guide professionnel », étaient « tombés d’une falaise haute de plusieurs centaines de mètres ».

Les autorités n’ont pas fait de nouvelle communication depuis l’annonce de ce décès et on ignore toujours l’identité de la victime.

D’après les médias espagnols, les trois hommes sont originaires d’Andalousie (sud). Deux (Jose Antonio Martinez et Juan Bolivar) sont des policiers âgés de 41 ans, le dernier (Gustavo Virues) est un avocat de 26 ans.

Dans des déclarations à la radio publique espagnole RNE, Víctor Rengel, un proche de Gustavo Virues a fait un appel au nom des familles pour la participation d’équipes de secours espagnoles. « On m’a demandé de faire un appel (…) aux autorités marocaines et espagnols pour qu’elles autorisent la collaboration d’équipes de secours espagnoles sur le terrain ».

Samedi, des médias à Madrid, citant des sources au sein du ministère de l’Intérieur, avaient annoncé l’envoi de sept policiers espagnols spécialisés dans ce type d’opération de secours.

Très escarpé, le Haut-Atlas, dont les sommets flirtent avec les 4.000 mètres, est bien connu des randonneurs, et le Maroc est une destination prisée des Espagnols, en particulier durant la période des vacances de Pâques.

afp

Comments
To Top