Societe

Maroc : le spéléologue rescapé est « en bonne santé »

speol

speolLe spéléologue espagnol hospitalisé au Maroc après avoir passé plusieurs jours dans un ravin de l’Atlas est « en bonne santé », a indiqué à l’AFP une source officielle marocaine, ajoutant que les dépouilles des deux spéléologues décédés se trouvaient toujours sur le site du drame.

Deux spéléologues espagnols, portés disparus durant plusieurs jours la semaine dernière, sont décédés des suites de leurs blessures, alors qu’ils étaient tombés dans un gouffre de plus de 400 mètres. Seul survivant, un troisième, Juan Bolivar, a été admis dans la nuit de dimanche à lundi dans une clinique privée de Ouarzazate (sud).

« Une équipe multidisciplinaire de spécialistes l’a examiné. Son état de santé est bon. Mais, après ce qu’il a vécu, il a besoin d’un moment pour se reposer avant d’être rapatrié », a dit à l’AFP le Dr Khalid Salmi, délégué régional du ministère de la Santé.

Ce rapatriement devrait avoir lieu « dans le courant de la semaine », a-t-il ajouté, sans autre précision.

Ce policier de 27 ans est arrivé de nuit dans un convoi escorté par des voitures de gendarmes et de police, selon un photographe de l’AFP. Bandages aux pieds et yeux fermés, il a été transporté à bord d’une civière jusqu’à l’intérieur de la clinique, selon la même source.

D’après les médias espagnols, il a souffert d’hypothermie et était en état de choc. Le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, a assuré lundi matin qu’il se « porte bien ».

Interrogé, le ministère espagnol des Affaires étrangères a dit « suivre l’évolution de son état de santé » et n’a donné aucune indication sur sa date de retour en Espagne.

Pour le rapatriement des corps des deux spéléologues décédés, « le processus est dans les mains des autorités marocaines », a-t-il ajouté.

Selon Khalid Salmi, les cadavres se trouvent toujours sur le site du drame, très difficile d’accès. « Toutes les équipes sont mobilisées pour qu’ils soient évacués le plus tôt possible », a-t-il avancé.

Selon un photographe de l’AFP, une nouvelle rotation d’hélicoptère a eu lieu depuis le tarmac de l’aéroport de Ouarzazate après la levée du jour.

Signalée mardi par six autres membres de leur groupe inquiets de ne pas les retrouver à leur point de rendez-vous à Ouarzazate, la disparition des trois spéléologues a été rendue publique vendredi, avant leur localisation le lendemain matin.

Très escarpé, le Haut-Atlas, dont les sommets flirtent avec les 4.000 mètres, est bien connu des randonneurs, et le Maroc est une destination prisée des Espagnols, en particulier pour Pâques.

afp

Comments
To Top