Politique

Sahara marocain : le CS de l’ONU réitère son appui à une solution politique et appelle au réalisme et à l’esprit de compromis

onu

onuLe Conseil de sécurité de l’ONU a réitéré, mardi, son appui à une solution politique mutuellement acceptable et réaffirmé la « prééminence » de l’initiative marocaine d’autonomie, ainsi que son appel à l’Algérie pour l’enregistrement des populations dans les camps de Tindouf.

Dans sa résolution 2218 prorogeant d’une année jusqu’au 30 avril 2016 le mandat de la MINURSO, le Conseil a réaffirmé, de nouveau, la prééminence, la validité et la crédibilité de la proposition marocaine, présentée le 11 avril 2007 au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, et s’est félicité des « efforts sérieux et crédibles faits par le Maroc pour aller de l’avant vers un règlement ».

En vertu de ce texte adopté à l’unanimité de ses quinze membres, le Conseil demande aux parties et aux Etats voisins de coopérer « plus pleinement avec l’Organisation des Nations Unies et les uns avec les autres et de s’impliquer plus résolument pour mettre fin à l’impasse actuelle et avancer vers une solution politique ».

« Parvenir à une solution politique à ce différend de longue date et une coopération renforcée entre les Etats membres de l’Union du Maghreb Arabe contribuerait à la stabilité et à la sécurité dans la région », ajoute le texte.

L’Organe exécutif réitère, en outre, avec insistance sa demande pour « l’enregistrement » des populations dans les camps de Tindouf, en Algérie, et « invite à des efforts » à cet égard.

Il salue l’engagement des parties de continuer le processus de négociation tenu sous les auspices exclusives des Nations Unies et rappelle qu’il a fait sienne la recommandation formulée dans le rapport daté du 14 avril 2008, selon laquelle il est « indispensable que les parties fassent preuve de réalisme et d’un esprit de compromis pour faire avancer les négociations ».

Aux termes de la résolution adoptée ce jour, le Conseil demande aux parties de continuer à faire preuve de volonté politique et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue afin d’engager plus résolument des négociations de fond.

Le CS de l’ONU consacre de nouveau les efforts du Maroc en matière des Droits de l’Homme

Le Conseil de sécurité de l’ONU a, de nouveau, loué mardi les efforts du Maroc en matière des droits de l’Homme, notamment à travers le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH).

Dans sa résolution 2218 adoptée à l’unanimité des Quinze, le CS de l’ONU « reconnaît et se félicite des mesures et initiatives entreprises par le Maroc pour renforcer les commissions régionales du CNDH à Dakhla et Laâyoune ».

De même, les Quinze saluent les interactions du Royaume avec les Procédures spéciales du Conseil des Droits de l’Homme de l’Organisation des Nations Unies, ainsi que la visite annoncée du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme en 2015, lit-on dans le texte qui proroge d’une année jusqu’au 30 avril 2016, le mandat de la MINURSO.

Dans cette résolution, le Conseil de sécurité réitère, par ailleurs, avec insistance sa demande pour « l’enregistrement » des populations dans les camps de Tindouf, en Algérie, et « invite à des efforts » à cet égard.

Une demande également contenue, cette fois-ci, pour la première fois, dans les « recommandations » du dernier rapport sur le Sahara du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, présenté début avril au Conseil de sécurité de l’ONU.

A rappeler que l’Office anti-fraude (OLAF), organisme relevant de la commission de l’Union Européenne, a dénoncé dans un rapport officiel, le détournement organisé en Algérie, depuis des années, des aides humanitaires destinées aux Sahraouis des camps de Tindouf.

Une des raisons qui ont rendu ces détournements possibles est la « surestimation du nombre des réfugiés et donc des aides fournies », souligne l’office anti-fraude dans son rapport qui précise que « ni l’Algérie ni le front polisario n’ont accepté qu’un recensement des populations des camps soit organisé ».

map

Comments
To Top