Politique

L’UE dit « clairement non » aux détournements de l’aide à Tindouf

camps-d- tindouf
camps-d- tindoufLe Parlement européen a clairement dit non aux détournements de de l’aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf.

C’est ce qu’a indiqué l’eurodéputé Gilles Pargneaux, à la suite du vote en plénière à Strasbourg d’une résolution, appelant à une réévaluation de l’aide de l’UE et à son adaptation aux besoins réels des populations de Tindouf.

« Le Parlement européen a clairement dit non aux détournements et à ceux qui s’enrichissent sur le dos des populations de Tindouf », a déclaré l’eurodéputé socialiste français, qui s’est dit « très satisfait » du résultat du vote et de l’adoption par le Parlement européen d’une résolution qui pointe du doigt la responsabilité de l’Algérie et du polisario dans les fraudes dont fait l’objet l’aide humanitaire accordée aux camps de Tindouf depuis plusieurs décennies.

Le président du Groupe d’amitié UE-Maroc au PE a indiqué à ce propos que le texte adopté hier est très pertinent et met l’accent sur trois points essentiels : la nécessité d’exclure les personnes incriminées dans ces détournements du circuit de l’aide humanitaire, l’obligation pour la commission européenne d’améliorer ses contrôles pour que son aide bénéficie aux populations cibles et non à certains membres des autorités gestionnaires des camps et l’absence d’un recensement de la population de Tindouf pendant près de trente ans.

« Il convient de connaitre au mieux le nombre de la population de Tindouf afin d’adapter notre aide humanitaire d’autant plus que les dernières estimations de la Commission européenne datent désormais de plus de 8 ans », a souligné M. Pargneaux.

Situation désespérante

Le parlementaire européen a en outre fait observer que la situation à Tindouf crée aujourd’hui la désespérance et le ressentiment des jeunes dans ces camps, devenus terreau fertile de l’extrémisme du fait de la proximité d’AQMI et du groupe terroriste de Mokhtar Belmokhtar dans la région.

C’est pour cette raison, a-t-il insisté, que le Parlement européen doit peser de tout son poids politique en faveur d’un recensement et d’une solution politique et durable à la question du Sahara.

Un rapport de l’Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) datant de 2007 et rendu public fin janvier dernier après une intervention du Médiateur européen fait état de détournements massifs et organisés depuis plusieurs années par l’Algérie et le Polisario de l’aide humanitaire internationale destinée aux populations séquestrée dans les camps de Tindouf dans le sud-ouest algérien.

Seule la partie de l’aide permettant aux populations des camps de Tindouf de survivre est distribuée, le reste étant vendu dans des marchés étrangers pour le compte de hauts officiels algériens et des dignitaires du Polisario, constate l’OLAF qui attribue ces détournements à la surestimation du nombre de la population de Tindouf et donc des aides fournies.

Pour continuer à tirer profit de la manne humanitaire, l’Algérie et le Front polisario se sont opposés à tout recensement de la population des camps de Tindouf malgré les demandes formelles du HCR en 1977, 2003 et 2005.

Comments
To Top