Politique

Le Roi inaugure le système anti-pollution de Casablanca-Est

sm-le-roi-m_-_copie
sm-le-roi-m_-_copieLe Roi Mohammed VI a procédé, mercredi, à l’inauguration du système anti-pollution du littoral Est du Grand Casablanca, réalisé pour un investissement global de plus de 1,45 milliard de dirhams.

Le système anti-pollution du littoral Est du Grand Casablanca, dont les travaux ont été lancés en 2011, permet à la métropole économique de bénéficier d’un taux de dépollution de 100 %.

Il vient remédier ainsi de manière définitive au grand déficit dans le domaine de l’assainissement à Casablanca, tel qu’il avait été souligné en octobre 2013 par le Roi dans son discours devant les deux Chambres du Parlement.

Ce projet, qui permet d’intercepter les rejets directs d’eaux usées situés entre le port de Casablanca et la ville de Mohammedia, de les prétraiter à la station baptisée « Eaucéan » située à Sidi Bernoussi et de les écouler à travers un émissaire marin, traitera 55 % des eaux usées de la métropole. Il vient ainsi compléter le dispositif déjà mis en place dans la partie Ouest de la région (de Dar Bouazza à Casa Port) et qui traite 45 % des eaux usées de Casablanca, via la station El Hank.

Réalisé par la Lyonnaise des eaux de Casablanca (Lydec), société délégataire de la distribution de l’électricité, de l’eau et des services d’assainissement liquide et d’éclairage public du Grand Casablanca, ce système anti-pollution du littoral Est permettra une protection de la population et du littoral du secteur Est de Casablanca contre les risques de pollution liquide due aux rejets d’eaux usées brutes, notamment des industries, dans la mer.

Ce chantier d’envergure, qui concerne une population de 2,5 millions d’habitants, contribue au programme ambitieux visant la réhabilitation urbaine de toute la côte Est de la ville, à travers l’embellissement et la revalorisation de la façade maritime, et le raccordement des eaux usées des nouvelles zones urbaines sur les intercepteurs, l’objectif ultime étant de disposer de plages propres avec des eaux de baignade conformes aux normes de salubrité, de favoriser leur labellisation et de restaurer le potentiel touristique de la zone.

Le système anti-pollution du littoral Est du Grand Casablanca a consisté en la mise en place de deux grands intercepteurs côtiers d’une longueur totale de 24 km permettant de rassembler en un point les neuf rejets d’eaux usées répertoriés, ainsi que de plusieurs stations de pompage, dont une construite au niveau de Zenata d’un débit de 3 m3/s.

Ce système comporte également une station de prétraitement à Sidi Bernoussi, « Eaucéan », d’une capacité maximale de 11 m3/s, munie d’un système de dégrillage, dessablage et dégraissage, et un émissaire marin en aval de la station de prétraitement d’une longueur de 2,2 km et d’une profondeur de 20 m par rapport au niveau de la mer.

Financé dans le cadre d’un partenariat entre la Lydec et le fonds de travaux de l’autorité délégante, ce projet n’est pas seulement un ensemble d’ouvrages dédiés à l’assainissement des eaux usées. Il comporte aussi un espace pédagogique « Eaucéan Galerie » aménagé au sein de la station de prétraitement et qui a pour vocation de sensibiliser les visiteurs aux différentes étapes du cycle de l’eau et de traitement des eaux usées, ainsi qu’aux enjeux liés à la préservation du littoral et des océans.

Comments
To Top