Sport

Lionel Messi. Roi en Espagne, prince en Argentine

heureux-en-club-malheureux-en-selection

heureux-en-club-malheureux-en-selectionDéfait avec l’Argentine en finale de la Copa América face au Chili, Lionel Messi n’a toujours pas remporté le moindre titre majeur avec l’Albiceleste.

Après une saison faste avec le FC Barcelone ponctuée d’un triplé (le deuxième de sa carrière), Lionel Messi arrivait au Chili avec la ferme intention d’enfin glâner un trophée majeur sous les couleurs de l’Albiceleste. Déjà défait en finale de la Coupe du monde 2014 face à l’Allemagne, Lionel Messi s’est encore pris les pieds dans le tapis avec l’Argentine en finale de la Copa América.

Cinq jours après sa magnifique demi-finale disputée face au Paraguay (6-1) durant laquelle il a été à l’origine de cinq des six buts des Argentins, Messi s’est heurté à un bloc compact et resserré de la part des Chiliens. Et quand il réussissait à se frayer un chemin dans la défense locale, ce sont ses partenaires qui se montraient trop imprécis devant le but. En témoigne la dernière occasion du match pour Higuain qui manquait le cadre après un service trop long de Lavezzi.

Et c’est finalement la tête basse que Messi s’en est allé de l’Estadio Nacional après avoir reçu le trophée destiné au finaliste.

Heureux en club, malheureux en sélection

Ligue des Champions, Liga, Coupe du Roi. Tel est le bilan de l’Argentin côté trophée avec le Barça. Sur le plan personnel, il se rapproche de la perfection : 58 buts pour 57 matches avec les Blaugrana. En revanche et malgré son récital face au Paraguay, Messi n’a inscrit qu’un seul but durant la Copa América sur pénalty et déjà contre le Paraguay.

Depuis ses débuts professionnels sous les couleurs du géant catalan, Messi c’est 24 trophées toutes compétitions confondues et quatre Ballons d’Or. Alors qu’en sélection, le seul titre notable n’est autre qu’une médaille d’or aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008.

À jamais derrière Maradona ?

Depuis ses débuts, Lionel Messi n’a de cesse d’être comparé à Maradona. Malheureusement pour La Pulga, il n’arrive toujours pas à dépasser ou tout du moins égaler Maradona dans le coeur du peuple argentin. À déjà 28 huit ans, Messi n’a jamais réussi à emmener sa sélection au sommet et ce, malgré déjà trois finales (deux en Copa América, une en Coupe du monde). « Avec le maillot de l’Argentine, Messi n’a rien à voir avec Maradona, ce n’est pas comme cela qu’on dispute une finale », a déclaré Gustavo Paredes, un quinquagénaire qui a suivi la finale à la télévision depuis Buenos Aires.

Pourtant, dans les chiffres, Messi peut se targuer d’avoir fait mieux que son illustre prédecesseur : en 103 sélections, il a inscrit 46 buts quand son aîné n’en a marqué « que » 31 en 91 matchs avec l’Albiceleste. En club, c’est du pareil au même. Maradona a remporté un seul Ballon d’Or, une Coupe du Roi, deux titres de champion d’Italie, une Coupe d’Italie et une Coupe de l’UEFA avec Naples.

Mais là où le bât blesse, c’est que Maradona a offert, presque à lui seul, un titre mondial à l’Argentine en 1986. Contre l’Angleterre, il passe en revue la défense anglaise avec une facilité déconcertante avant de trouver le chemin des filets. Puis, il inscrit un but qui entrera dans la légende et qui fera la sienne : la « Main de Dieu ». En finale, face à l’Allemagne, il trouve Jorge Burrachaga pour le but de la victoire.

Autre point sur lequel Messi et Maradona sont diamétralement opposés : la personnalité. Maradona fut aussi controversé et passionné que Messi semble sage, voire effacé. Et toutes les fulgurances de Messi sur un terrain, pas même un éventuel sacre planétaire sans doute, ne pourront changer cela.

avec afp

Comments
To Top