Politique

Le Roi lance la Fondation Mohammed VI des oulémas africains

SM-Le-Roi
SM-Le-RoiLe Roi Mohammed VI a présidé, lundi au Palais royal à Casablanca, la cérémonie d’annonce de la création de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains.

La Fondation Mohammed VI des Oulémas africains, dont la vice-présidence a été confiée au ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, est une instance destinée à unifier et coordonner les efforts des oulémas musulmans, au Maroc et dans les autres Etats africains, en vue de promouvoir un islam tolérant et de contrecarrer tout courant extrémiste en matière de pensée et de religion.

Cette structure, dont le siège sera établi à Rabat, s’assigne ainsi pour mission d’encourager les recherches et les études en matière de pensée et de culture islamiques. Elle veillera à la revitalisation du patrimoine culturel islamique africain commun, en le faisant connaître et en œuvrant à sa diffusion, sa conservation et sa sauvegarde.

La Fondation s’assigne aussi pour objectif de promouvoir les relations historiques liant le Maroc aux autres Etats africains et d’encourager l’institution des centres et des établissements religieux, scientifiques et culturels à travers le continent.

A cela s’ajoute la mission d’animer l’action intellectuelle, scientifique et culturelle en rapport avec la religion musulmane, et de veiller à la revitalisation du patrimoine culturel islamique africain commun, en le faisant connaître et en œuvrant à sa diffusion, sa conservation et sa sauvegarde.

Dans une allocution prononcée devant le Roi Mohammed VI, le président délégué de la Fondation, Ahmed Toufiq a souligné que « la décision de créer cette institution n’est pas liée à une circonstance particulière, elle ne procède pas non plus d’une idée fortuite. Elle est l’expression d’un travail en profondeur, adossé à un riche capital accumulé dans les relations du Royaume du Maroc avec une trentaine de pays d’Afrique par le passé, tout comme elle se base sur une conjonction de points d’intérêts communs en rapport avec le présent et l’avenir ».

S’agissant de ces liens enracinés dans le passé, Ahmed Toufiq a fait observer qu’ils se manifestent à travers le brassage humain entre le Royaume du Maroc et les profondeurs subsahariennes du continent africain, comme ils se révèlent dans le patrimoine civilisationnel et culturel commun, ainsi qu’en témoigne, en particulier, l’unité du facteur religieux dans ses dimensions se rapportant à la doctrine, au rite et à la sensibilité spirituelle.

Comments
To Top