Politique

Ramid: « Toute substitution à l’Etat sera traitée avec fermeté »

ramid
ramidLe ministre de la justice, Mustapha Ramid a affirmé, mardi, que toute substitution aux institutions de l’Etat en matière d’incrimination et de pénalisation sera traitée avec la fermeté

M. Ramid, qui répondait à deux questions d’actualité sur les libertés individuelles formulées par le groupe haraki et le groupe du progrès démocratique dans le cadre de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, a souligné que toute substitution aux institutions de l’Etat sera traitée avec la fermeté et la rigueur requises, en faisant allusion aux actes d’agression dont été victimes récemment des citoyens et des citoyennes, ajoutant que personne n’a le droit de se substituer à l’Etat ou à ses institutions en matière d’incrimination et de pénalisation.

Dans ce sens, le ministre a indiqué que ces actes d’agression demeurent « isolés », précisant que les individus qui voudraient appliquer la justice et la loi par eux-mêmes commettent un crime à l’endroit d’autres personnes et des institutions de l’Etat. Et M. Ramid de soutenir que l’Etat ne fera preuve d’aucune tolérance envers ces personnes qui ont été appréhendées et traduites devant la justice dans les cas concernant ces incidents et abus.

Il a, par ailleurs, martelé que le fait qu’un citoyen se substitue à l’Etat ou à l’un de ses institutions pour contraindre un autre citoyen à s’habiller ou non est un acte interdit, répréhensible et incriminé.

Le ministre a ajouté que le Maroc vit une période de transition démocratique « avec tout ce que cela engendre en termes de réalisations, de lacunes et d’échecs », soulignant l’importance de la pratique des libertés avec responsabilité.

« Les droits et libertés individuels et collectifs sont garantis et protégés mais cela ne signifie aucunement que nous avons atteint l’objectif escompté », a-t-il noté.

Dans sa réponse à deux autres questions à propos de la question des libertés présentées par le groupe Authenticité et Modernité et le groupe socialiste, M. Ramid a fait savoir que la politique du gouvernement dans ce domaine est basée sur la promotion des libertés et le renforcement de leur pratique à travers plusieurs étapes, notant que les réalisations du gouvernement sont nombreuses dans ce chapitre même s’il lui faut consentir davantage d’efforts pour parachever le processus de consolidation des libertés dans le Royaume.

Le ministre a également nié toute régression dans le domaine des droits et libertés, relevant l’inexistence d’une quelconque prolifération du phénomène de torture dans le pays.

Toutefois, il a reconnu l’existence de problèmes à ce sujet, qui requièrent la coopération entre majorité, opposition, société civile et l’ensemble des composantes de l’Etat.

Comments
To Top