Economie

Solaire: Masen conclut un partenariat intégré d’ambition mondiale

solaire-maroc
solaire-marocMasen, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et le groupe Alcen, ont signé, lundi à Rabat, un ensemble d’accords visant le développement des technologies solaires.

Paraphé par le président du directoire de l’Agence marocaine de l’énergie solaire (Masen), Mustapha Bakkoury, le PDG du CEA, Daniel Verwaerde, et le président du Groupe Alcen, Pierre Prieux, ce partenariat est né de la conviction des partenaires que le développement des énergies renouvelables est une nécessité pour s’inscrire dans la dynamique de transition énergétique en cours, en concrétisant l’opportunité socio-économique sous-jacente.

Ainsi, ces accords se traduisent, d’une part, par la prise de participation stratégique de Masen à hauteur de 50 % aux côtés du groupe Alcen dans la société Alsolen, active dans les technologies solaires thermiques à miroir de Fresnel et, d’autre part, par la mise en place d’un laboratoire de recherche commun au Maroc entre MASEN et le CEA et le lancement de nombreux projets de collaboration et de transfert de compétences.

« Promouvoir les technologies solaires »

S’exprimant à cette occasion, M. Bakkoury a fait savoir que ces accords tripartites visent à promouvoir les technologies solaires en l’occurrence le fresnel avec la perspective de développer une base industrielle, de R&D et d’innovation qui permettront de faire évoluer cette technologies aux côtés d’autres technologies.

Il a, en outre, souligné que le Maroc, un des pays leaders dans le domaine, espère capitaliser sur son avance grâce au lancement et le développement du projet Noor, ajoutant que les technologies solaires auront la particularité de répondre à des situations particulières, notamment développer des projets de tailles petites et moyennes parfaitement adaptés à des zones éloignées des réseaux à des besoins industriels et satisfaire des besoins autres que l’électricité, à savoir la chaleur et la climatisation.

« Ces accords visent également à se donner les moyens d’aller vers d’autres pays à l’international notamment en Afrique. Nous sommes sollicités pour coopérer, développer et satisfaire les besoins en matière d’électricité et d’énergie « , a relevé M. Bakkoury, notant l’impératif d’associer à ce chantier le maximum d’acteurs nationaux aussi bien industriels, académiques que ceux œuvrant dans la R&D.

« Une génération d’avance sur la concurrence »

Pour sa part, M. Verwaerde a indiqué que ce partenariat se veut une véritable expérience industrielle de l’utilisation du solaire thermodynamique, évoquant sept thèmes de coopération future qui vont permettre de développer des technologies avec une génération d’avance sur la concurrence.

Il a également précisé que le Maroc constitue l’endroit rêvé pour développer cette technologie énergétique, étant donné la capacité de production énergétique importante dont jouit le pays et le besoin exprimé par les industriels en la matière.

Même son de cloche chez M. Prieux qui a relevé l’importance de ce partenariat tripartite, signalant que la réussite de ce chantier est tributaire d’une optimisation technologique continue ainsi que du renforcement des compétences.

Ces accords novateurs capitaliseront sur les atouts des trois partenaires pour le développement durable de l’énergie solaire à une échelle régionale et internationale.

La rencontre s’est déroulée en présence de la ministre déléguée auprès du ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement, chargée de l’environnement, Hakima El Haite, la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Mbarka Bouaida, le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi et le ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des affaires générales et de la gouvernance, Mohamed El Ouafa.

AVEC MAP

Comments
To Top