Santé

Profs de médecine: Deux après-midi par semaine en clinique privée

hopital
hopitalLes professeurs des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire peuvent désormais exercer dans les cliniques privées deux après-midi par semaine.

Les professeurs de l’enseignement supérieur et agrégés des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire pourront désormais exercer dans les cliniques privées deux après-midi par semaine, tant que cette pratique ne nuit pas au cours normal des services de santé et de formation, indique lundi un communiqué du Département de la santé.

Un accord dans ce sens a été signé, lundi à Rabat, entre le ministère de la santé, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, l’Ordre national des médecins et le Syndicat national de l’enseignement supérieur.

Cet accord a été conclu suite à une réunion du ministre de la santé, El Houssaine Louardi avec les représentants de l’Ordre national des médecins et du Syndicat national de l’enseignement supérieur, dans l’objectif de préparer et de conclure un commun accord permettant d’organiser l’exercice à temps plein aménagé des professeurs de l’enseignement supérieur et agrégés des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire.

Les parties signataires de l’accord ont convenu de l' »engagement ferme » des professeurs de l’enseignement supérieur et agrégés « d’exercer, tout au plus, pendant les deux après-midi assignés chaque semaine », et que « toute transgression de cet accord les expose, au même titre que les cliniques, à des sanctions, conformément aux règles et procédures en vigueur ».

Cette réunion fait suite à la promulgation de la loi relative à l’exercice de la médecine et de la loi relative à l’Ordre national des médecins, et après la création des structures organiques dudit Ordre, outre d’intenses réunions avec le Syndicat national de l’enseignement supérieur, a rappelé le communiqué.

Il a été convenu lors de cette réunion, qui s’inscrit dans le cadre du « dialogue sérieux entretenu entre le ministère de la santé et l’ensemble des parties prenantes », de la poursuite des réunions lors de la prochaine rentrée universitaire afin de débattre des questions d’intérêt commun, notamment celles relatives à la mise en place du nouvel accord et l’amélioration des conditions de travail dans les centres hospitaliers et universitaires.

map

Comments
To Top