Festivals

Les cinq continents distillent leur jazz à Tanger

tanjazz
tanjazzLe rideau a été levé, mercredi soir à Tanger, sur la 16ème édition du festival Tanjazz, sous le thème « le jazz des cinq continents »

Les Tangérois et les visiteurs de la ville du Détroit, marocains et étrangers, vibreront jusqu’à dimanche prochain au rythme du jazz, se livreront à des horizons aventureux et à des pérégrinations revisitant l’histoire d’une musique aux rythmes nostalgiques qui plonge ses racines au fin fond de l’Afrique, faisant en cinq jours « le tour du monde en 100 Jazzmen », depuis les mondes à priori les plus éloignés de la culture jazz jusqu’à des univers jazzistiques plus familiers.

La cérémonie d’ouverture du festival Tanjazz, organisé par la Fondation Lorin depuis 1999, a été ponctuée d’un spectacle animé par le groupe Italo-new-yorkais, Roberto Gatto, baptisé « Perfec Trio », qui, sans perdre attache avec la tradition, a créé une ambiance de rêve en expérimentant de nouveaux sons, et faisant accéder le public au monde électronique, où de grands moments d’énergie et de groove alternent avec des moments de grand lyrisme.

Aussi, les mélomanes de la ville de Tanger ont été gratifiés d’un autre concert animé par l’un des trios les plus brillants sur la scène jazz espagnole Sumrra, qui ont imposé un son plein et fort avec du lyrisme, du swing et de l’humour, une composition propre à eux avec beaucoup de liberté et de créativité.

Le public a, également, été enchanté par des spectacles de qualité donnés par le groupe Maciej Obara et Dominik Wania, et l’ensemble MoonArra, qui leur ont procuré un sentiment de fraiche liberté instrumentale sans prétention ni revendication, en proposant un répertoire original qui traverse l’Afrique et les tropiques.

Dans une déclaration à la MAP, le fondateur et directeur du festival, Philippe Lorin, a affirmé que le festival Tanjazz vise à renforcer le rayonnement de la ville du Détroit, afin de lui donner la place qui lui échoit sur la carte culturelle au niveau international, notant que cette édition se veut être une occasion dédiée aux amoureux du jazz, notamment les Marocains qui vouent une véritable passion à cet art, pour faire le tour du monde et de découvrir le jazz des cinq continents, à travers la participation de plus de 100 musiciens.

Cette manifestation culturelle vise également à rapprocher les mélomanes du jazz de l’histoire de cet art à travers ses symboles, ses icônes, ses chansons éternelles, tout en leur offrant l’opportunité d’assister à des spectacles hauts en couleur et en émotions.

Cette édition de Tanjazz emportera également le public vers l’Afrique, avec la performance de la Syro-maroco-helvétique Samia Tawil, le Sénégalais Ablaye Cissoko et le Kabyle Yacine Malek, avant d’embarquer vers l’Europe avec J-P. Collard Neven et l’Irlandaise Grainne Duffy.

Les festivaliers auront également à assister à des spectacles animés par des artistes américains, dont Ruby Landen, Nikki Hill, Minino Garay, Ivan « Melon » Lewis, ainsi que de l’australienne, Sally Street, et des bluesmen libanais de The Wanton Bishop.

Cette manifestation culturelle se clôturera par la fusion « India meets Africa » qui verra la rencontre MoonArra avec Gnawa Express.

Tanjazz, l’unique festival marocain à bénéficier du label de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) dans le cadre des célébrations du 70ème anniversaire de l’instance onusienne, promet ainsi une ouverture effective sur le monde, avec la promotion des valeurs de tolérance et de paix.

Tanjazz 2015, organisé avec le soutien notamment du ministère de la Culture, l’Agence pour la promotion et le développement du Nord, les Ambassades d’autriche, de la République de Pologne et de la République Tchèque et la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia, propose également l’organisation de Masters de Danse Swing dans un espace entièrement dédié avec un orchestre spécialement formé pour la circonstance.

Comments
To Top