Politique

Les Etats-Unis renvoient au Maroc un détenu de Guantanamo

chekkouri

chekkouriYounis Chekkouri, détenu marocain de Guantanamo, a été rapatrié au Maroc, a annoncé jeudi le Pentagone dans un communiqué.
Les Etats-Unis se sont coordonnés avec le gouvernement du Maroc pour assurer le respect des exigences de sécurité et de traitement humain du détenu, selon le communiqué.

Un responsable du Pentagone a précisé à l’AFP que le transfert de Younis Chekkouri au Maroc avait eu lieu mercredi.

Le responsable a refusé de préciser quelle serait le statut de M. Chekkouri, s’il serait placé en détention, en résidence surveillée ou s’il serait totalement libre de ses mouvements.

Nous ne discutons pas des mesures de sécurité concernant les détenus libérés, a-t-il dit.

Younis Chekkouri est âgé de 47 ans et il était enfermé à Guantanamo depuis 13 ans et quatre mois.

Il avait été capturé par les Pakistanais en décembre 2001 alors qu’il fuyait Tora Bora, la place-forte des talibans et d’Al-Qaïda investie par la coalition, selon le dossier Guantanamo mis en ligne par le New York Times pour informer le public sur le camp de prisonniers.

Selon la même source, le transfert de M. Chekkouri était recommandé depuis 2010 par la commission américaine mise en place par le président Obama pour examiner le sort de chaque détenu.

Le Pentagone n’a pas précisé les griefs retenus contre M. Chekkouri.

Mais selon le dossier Guantanamo, les Etats-Unis le considèrent notamment comme un des fondateurs du Groupement islamique des combattants marocains (GICM), un groupe réputé proche d’Al Qaida.

Selon les Etats-Unis, Younis Chekkouri a supervisé les activités du GICM en Afghanistan, en Syrie et en Turquie. Considéré comme un proche partenaire d’Oussama Ben Laden, il aurait ainsi fourni des combattants du GICM à Al-Qaïda en Afghanistan, et participé aux combats contre les Etats-Unis et la coalition internationale en 2001 en Afghanistan.

Le GICM sera plus tard tenu responsable des meurtriers attentats de Casablanca (2003, 45 morts) et de Madrid (2004, 181 morts).

Après ce transfert, il reste 115 détenus à Guantanamo.

La fermeture de Guantanamo était l’une des promesses de campagne du président Barack Obama, à qui il ne reste qu’un peu plus d’un an pour remplir cet engagement.

L’administration américaine prévoit de libérer certains détenus sur lesquels elle peut obtenir des garanties de sécurité, comme Younis Chekkouri.

Mais d’autres, environ la moitié, resteront enfermés indéfiniment, a souligné récemment le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter.

L’administration américaine est en train d’essayer de trouver un lieu de détention sur le territoire des Etats-Unis pour ces détenus. Le Pentagone évalue notamment les coûts d’un transfert des détenus vers les prisons militaires de Fort Leavenworth (Kansas) ou Charleston (Caroline du Sud).

avec afp

Comments
To Top