Cinéma

«L’orchestre des aveugles» remporte le Grand Prix du 18ème FCAK

Jawq-El-Oumyine_18e_FCAK

Jawq-El-Oumyine_18e_FCAKLe grand prix «Ousmane Sembène» a été remis lors de la cérémonie de clôture de cette 18e édition marquée par la présence d’un parterre de cinéastes, de critique de cinéma et d’intellectuels notamment marocains et africains.

«L’orchestre des aveugles» (110′), qui a également décroché le prix du meilleur scénario, relate l’histoire d’une famille très modeste dont les membres, certains musiciens pour les hommes et danseuses de folklore «chikhates» pour les femmes, forment un petit orchestre qui anime des mariages et autres fêtes de circoncision.

Pour les soirées réservées exclusivement aux femmes, le petit orchestre se fait occasionnellement aveugle. Le long-métrage offre ainsi une palette de personnages racontant chacun une histoire, et renseignant à bien des égards le spectateur marocain sur sa propre histoire.

A l’affiche de ce long-métrage on retrouve une brochette de stars du 7ème art marocain dont Mouna Fettou, Majdouline Idrissi, Younes Megri, feu Mohamed Bastaoui, Salima Benmoumen, Fehd Benchemsi ou encore Mohamed Choubi.

Pour ce qui est du Prix Spécial du jury, présidé par le scénariste, producteur et réalisateur français, Jacques Dorfmann, il a été attribué au long-métrage égyptien «A l’heure du Caire» signé Amir Ramsès.

Le prix de la meilleure réalisation est revenu au metteur en scène mauritanien Abderrahmane Cissako pour son film «Timbuktu».

Quant aux prix de la meilleure interprétation féminine et du premier rôle masculin, baptisé «Mohamed Bastatoui», ils ont été attribués respectivement à l’actrice burkinabé Maimouna N’Diaye pour sa prestation dans le long-métrage «L’œil du cyclone» et à l’acteur éthiopien Eskinar Tameru Teddy pour son rôle dans le film le «Prix de l’amour».

Les prix du deuxième rôle féminin et du second rôle masculin sont revenus respectivement à l’actrice égyptienne Ayten Amer pour son interprétation dans le film «L’heure du Caire» et à l’acteur camerounais Axel Abessolo pour son rôle dans le film «L’enfant de l’amour».

Une mention spéciale du jury a été décernée au jeune acteur marocain Ilias El Jihani pour son interprétation dans «L’orchestre des aveugles», alors que les films «Morbayassa « du réalisateur de la Guinée Conakry, Cheikh Fantamady Camara, et «Le prix d’amour» de la réalisatrice éthiopienne, Hermon Hailay ont obtenu les Prix coup de coeur du jury.

Concernant le prix culturel «Don quichotte», décerné par de la Fédération nationale du Ciné Club au Maroc en vue de prospecter le potentiel artistique, culturel et créatif des 14 longs-métrages en compétition officielle du Festival, il a été remporté par la même réalisatrice éthiopienne, Hermon Hailay.

Quatorze films étaient en lice pour le Grand Prix du festival. Ils représentaient le Maroc, le Sénégal, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Tunisie, l’Algérie, la Guinée-Conakry, le Burkina-Faso, l’Ethiopie, le Mali, le Niger, la Mauritanie et l’Egypte.

Il s’agit des films marocains «L’écharpe Rouge» de Mohammed Lyounsi et «L’orchestre des Aveugles» de Mohamed Mouftakir, de «El Ziara (Lune Noire)» de Nawfel Saheb-Ettaba (Tunisie), de «Claire/L’enfant de l’amour» de Mary-Noél Niba (Cameroun), de «J’ai 50 ans» de Djamel Azizi (Algérie) et de «Morbayassa-Le Serment de Koumba» de Cheikh Fantamady Camara (Guinée-Conakry).

Les films «L’œil du Cyclone» du metteurs en scène Sékou Traoré (Burkina-Faso), «Timbuktu» de Abderrahmane Sissako (Mauritanie), «Prix de l’Amour» de Hermon Hailay (Ethiopie), «Cairo’s Time» de Amir Ramssis (Egypte), «Les Etoiles» de Dyana Gaye (Sénégal), «Render To Ceaser» de Desmond Ovbiagele (Niger), «Rapt A Bamako» de Cheick Oumar Sissoko (Mali) et «Braquage à l’Africaine» de Owell Brown (Côte d’Ivoire) font également partie des films en compétition.

Outre le cinéaste français, le jury de cette édition se composait de la scénariste et réalisatrice marocaine, Selma Bargach, de la scénariste et réalisatrice américaine, Sally Shafto et du chercheur et critique de cinéma égyptien, Ali Abou Chadi.

Il comprenait également le scénariste, producteur et réalisateur sud-africain, Ramadan Suleman et de l’auteur, producteur et réalisateur tchadien, Issa Serge Coelo.

La cérémonie de clôture de cette 18e version du FCAK, qui s’est déroulée du 12 au 19 septembre courant mettant à l’honneur le Sénégal, a été également marquée par un hommage et la remise d’un trophée au producteur, scénariste et réalisateur marocain Kamal Kamal.

Dans un mot de circonstance, le président de la Fondation du FCAK, Noureddine Sail, a mis en avant le rôle indéniable des festivals africains dans la promotion du 7ème art dans le continent, estimant que le cinéma est une «nécessité impérieuse» pour le développement à l’instar des autres secteurs.

Il a tenu, à cette occasion, à rendre un hommage appuyé au regretté comédien marocain Mohamed Bastaoui et à l’acteur égyptien feu Nour Chérif, tous deux présents dans ce festival par leurs rôles dans deux films en compétition officielle.

Pour sa part, le président du jury s’est félicité de la qualité du Festival et des films projetés, expliquant que les membres dudit jury ont, dans leur choix, opté à débattre et faire valoir la qualité et la maitrise cinématographique au lieu de se limiter au vote.

Ce n’est ni un jugement ni un verdict, mais une impression qui se dégage, a-t-il tenu à faire remarquer.

L’édition de cette année a été marquée par un programme aussi riche que varié offrant une opportunité pour mettre en valeur la présence distinguée de la femme africaine dans le 7ème art. Raison pour laquelle, cette édition a vu la participation de trois réalisatrices représentant le Cameroun, le Sénégal et l’Ethiopie.

Au programme figurait aussi une conférence sous le thème «Quel est l’intérêt des festivals de cinéma africains ?» animée par une pléiade de représentants de festivals de cinéma africain de renom, parmi lesquels «Les journées cinématographiques de Carthage», le Fespaco (Burkina-Faso) et Vues d’Afrique (Canada).

Des hommages ont de même été rendus à nombre de cinéastes marocains et étrangers.

Palmarès du 18e FCAK

Voici le palmarès de la 18e édition du Festival du cinéma africain de Khouribga (FCAK), qui s’est déroulée du 12 au 19 septembre courant, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

– Grand Prix «Ousmane Sambène» : Le film marocain «L’orchestre des aveugles» du réalisateur Mohamed Mouftakir.

– Prix Spécial du jury : Le film égyptien «A l’heure du Caire» du réalisateur Amir Ramsès.

– Prix de la meilleure réalisation : Le metteur en scène mauritanien Abderrahmane Cissako pour son film «Timbuktu».

– Meilleur scénario : Mohamed Mouftakir pour le scénario de son film «L’orchestre des aveugles».

– Prix de la meilleure interprétation féminine : L’actrice burkinabé Maimouna N’Diaye pour sa prestation dans le film «L’œil du cyclone» de Sékou Traoré.

– Meilleur rôle masculin «Mohamed Bastatoui» : L’acteur éthiopien Eskinar Tameru Teddy pour son rôle dans le film le «Prix d’amour» de Hermon Hailay.

– Le Prix du deuxième rôle féminin : L’actrice égyptienne Ayten Amer pour son interprétation dans le film «L’heure du Caire» signé Amir Ramsès.

– Le Prix du second rôle masculin : L’acteur camerounais Axel Abessolo pour son rôle dans le film «L’enfant de l’amour» de la réalisatrice Mary-Noël Niba.

– Mention spéciale du jury : Le jeune acteur marocain Ilias El Jihani pour son interprétation dans «L’orchestre des aveugles» de Mohamed Mouftakir.

– Prix Coup de cœur du jury : Le film «Morbayassa « du réalisateur de la Guinée Conakry, Cheikh Fantamady Camara

– Prix Coup de cœur du jury : Le film «Le prix d’amour» de la réalisatrice éthiopienne, Hermon Hailay.

– Prix culturel «Don quichotte» : La réalisatrice éthiopienne Hermon Hailay pour son film «Le Prix d’amour».

Quatorze films étaient en lice pour le Grand Prix «Ousmane Sambène». Il s’agit des films marocains «L’écharpe Rouge» de Mohammed Lyounsi et «L’orchestre des Aveugles» de Mohamed Mouftakir, de «El Ziara (Lune Noire)» de Nawfel Saheb-Ettaba (Tunisie), de «Claire/L’enfant de l’amour» de Mary-Noël Niba (Cameroun), de «J’ai 50 ans» de Djamel Azizi (Algérie) et de «Morbayassa-Le Serment de Koumba» de Cheikh Fantamady Camara (Guinée-Conakry).

Les films «L’œil du Cyclone» du metteurs en scène Sékou Traoré (Burkina-Faso), «Timbuktu» de Abderrahmane Sissako (Mauritanie), «Prix de l’Amour» de Hermon Hailay (Ethiopie), «Cairo’s Time» de Amir Ramssis (Egypte), «Les Etoiles» de Dyana Gaye (Sénégal), «Render To Ceaser» de Desmond Ovbiagele (Niger), «Rapt A Bamako» de Cheick Oumar Sissoko (Mali) et «Braquage à l’Africaine» de Owell Brown (Côte d’Ivoire) faisaient également partie des films en compétition.

Ces films représentaient le Maroc, le Sénégal, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Tunisie, l’Algérie, la Guinée-Conakry, le Burkina-Faso, l’Ethiopie, le Mali, le Niger, la Mauritanie et l’Egypte.

Comments
To Top