Dossier du Sahara: l’UE appelle à une solution négociée

1
drapeau_maroc-UEL’Union européenne appelle toutes les parties au conflit autour du Sahara à rechercher une solution négociée, a affirmé la vice-présidente de la Commission européenne, Fedredica Mogherini.

« L’UE encourage les parties à rechercher une solution négociée au conflit et soutient le processus onusien », a indiqué la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, qui répondait au nom de la Commission européenne à une question d’un eurodéputé sur le Sahara.

L’UE soutient les efforts du Secrétaire général de l’ONU pour parvenir à une « solution politique juste, durable et mutuellement acceptable », a-t-elle souligné.

Elle a également ajouté que l’UE est préoccupée par la persistance de ce conflit et ses implications notamment sur la sécurité et le respect des droits de l’homme dans les camps de Tindouf, ainsi que sur l’intégration dans la région.

Le conflit du Sahara dit « occidental », rappelle-t-on, est un conflit imposé au Maroc par l’Algérie qui finance et héberge sur son territoire à Tindouf le front du Polisario. Ce dernier soutenu par le pouvoir algérien revendique la création d’un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire régionale.

avec map

Share.

About Author

Un commentaire

  1. Solution négociée sur quoi ? L’ autonomie proposée par le Marocà rejetée par le Polisario. Le Polisario s’en tient au référendum tel que prévu par les pertinentes résolutions du Conseil de Sécurité que le Maroc a accepté depuis 1991 puis refusé en 2007 de s’y conformer.
    Extrait archives Onu
    A la suite d´un accord auquel sont parvenus le gouvernement du Maroc et le Front POLISARIO, la MINURSO a été établie PDF et déployée en septembre 1991 afin de surveiller le cessez-le-feu et d´organiser un référendum qui permettrait aux habitants du Sahara occidental, habilités à voter, de décider du statut futur de ce territoire.

    Le plan de règlement, tel qu’approuvé par le Conseil de sécurité, a prévu une période transitoire pour la préparation d’un référendum à l’occasion duquel le peuple du Sahara occidental choisirait entre l’indépendance et l’intégration au Maroc.

    Le Représentant spécial du Secrétaire général prend la responsabilité unique et exclusive des questions relatives au référendum et est assisté dans sa tâche par du personnel policier, militaire et civil.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :