Auto/Moto

Volkswagen ébranlé par de nouvelles accusations

un-ouvrier-de-volkswagen-dans-l-usine-de-wolfsburg-en-allemagne-en-septembre
un-ouvrier-de-volkswagen-dans-l-usine-de-wolfsburg-en-allemagne-en-septembreLe constructeurs automobile allemand Volkswagen, déjà au cœur d’un scandale retentissant concernant des moteurs truqués, était ébranlé mardi par de nouvelles accusations des autorités américaines.

Volkswagen, colosse aux 12 marques et 200 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel, a avoué mi-septembre avoir équipé 11 millions de voitures dans le monde d’un logiciel capable de fausser les résultats des tests antipollution.

Lundi l’agence américaine de protection de l’environnement américaine (EPA), qui avait la première révélé la tricherie, a accusé le groupe allemand d’avoir dissimulé par les mêmes procédés les véritables émissions de gaz polluants avec des moteurs diesel 3 litres des marques Audi, Porsche et Volkswagen. Jusqu’à présent la tricherie n’était dévoilée que sur de plus petits moteurs, de 1,2, 1,6 et 2 litres, et ne concernait aux Etats-Unis que les marques VW et Audi.

Malgré le démenti du constructeur, les nouvelles accusations ont fait chuter les cours du groupe en Bourse. Sur l’indice Dax de la Bourse de Francfort, l’action Volkswagen évoluait en dernière position, perdant 3,06 % à 109,35 euros vers 09H30 GMT. Une baisse sans commune mesure avec les 20 % évaporés en une journée le jour de l’éclatement de l’affaire en septembre.

Selon l’EPA, au moins 10.000 véhicules seraient concernés aux Etats-Unis par les nouveaux soupçons.

Volkswagen a réagi dès lundi en affirmant qu’aucun programme n’avait été installé sur ses agrégats diesel trois litres V6 pour modifier de « manière inappropriée » les tests antipollution. Le constructeur assure qu’il va « coopérer complètement avec l’EPA, afin d’expliquer totalement les faits ».

Comments
To Top