Sport

Athlétisme: l’Agence mondiale antidopage demande la suspension de la Russie de toutes compétitions

athruss

athrussL’Agence mondiale antidopage (AMA) a rendu public ce lundi après-midi à Genève un rapport d’enquête sur le scandale de corruption qui frappe l’IAAF.
La Russie doit être suspendue de toutes compétitions, dont les JO-2016 de Rio, en raison de cas de dopage, qui n’auraient « pas pu exister » sans l’assentiment du gouvernement, a estimé lundi l’Agence mondiale antidopage (AMA) en rendant un rapport explosif sur l’athlétisme.

Le rapport, qui juge que les JO-2012 de Londres ont été « sabotés » par la présence d’athlètes dopés, recommande aussi la suspension à vie de cinq athlètes russes, dont la championne olympique en titre du 800 m Maryia Savinova (photo). Le rapport se concentre uniquement sur la Russie et l’athlétisme, mais le « dopage organisé » concerne d’autres pays et d’autres sports, estime l’AMA dans son rapport.

La Commission d’éthique du CIO demande la suspension provisoire de Lamine Diack du CIO
Pour rappel, l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), le Sénégalais Lamine Diack (82 ans), en poste jusqu’en août dernier, est soupçonné d’avoir reçu des sommes d’argent en contrepartie de la couverture de pratiques dopantes, principalement en Russie. Il a été mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé par la justice française.

La Commission d’éthique du CIO a dès lors demandé lundi la suspension provisoire de Lamine Diack comme membre honoraire du Comité international olympique.

Dans un court communiqué diffusé par le CIO, la Commission d’éthique « recommande cette suspension provisoire », sans autre commentaire.

Interpol va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France
Interpol va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France à la suite de la publication du rapport de l’Agence mondiale antidopage.

Lors de ses investigations, l’AMA avait déjà demandé l’assistance de l’unité de lutte antidopage de l’organisation internationale de coopération policière, basée à Lyon (centre-est de la France). Dans le cadre de cette opération, baptisée « Augeas », Interpol travaille maintenant avec ses pays membres susceptibles d’être concernés par l’enquête, notamment Singapour, précise un communiqué de l’organisation.

AFP

Comments
To Top