Musique

Visa For Music: la musique fait son marché

visamusic
visamusicLe salon des Musiques d’Afrique et du Moyen-Orient, Visa for music, a repris ses quartiers, mercredi à Rabat, pour une seconde édition avec pour objectif de booster l’industrie de la musique.

C’est parti. La seconde foire aux sons a officiellement ouvert ses portes mercredi à Rabat. Visa For Music, le salon des métiers de la musique, revient pour une seconde édition, avec l’appui de l’Etat qui assure vouloir trouver un remède à une industrie moribonde.

« Quand on nous a présenté le projet Visa For Music, je n’y croyais pas vraiment. Mais il est clair qu’aujourd’hui ce salon a pleinement sa place » a assuré Mohammed Amine Sbihi, ministre de la Culture lors d’une conférence de presse annonçant l’ouverture officielle de ce véritable souk musical où artistes, organisateurs de festivals, radios ou encore simples passionnés de musique se côtoient.

Si Visa For Music vise à donner un sens professionnel à une créativité marocaine souvent orpheline, il s’agit aussi pour les organisateurs de l’évènement de se positionner en Afrique. Comme l’a évoqué Brahim El Manzed, directeur de l’évènement, l’objectif est de faire du salon le plus grand marché des musiques du continent.

Salon, showcases, confs et docs

« L’industrie musicale africaine n’a pas la place qu’elle mérite », regrette Brahim El Manzed  qui estime qu’un premier pas a toutefois été réalisé. « Même l’Afrique du Sud reconnaît que notre salon est aujourd’hui un des plus grands en Afrique », assure Brahim El Manzed qui explique que les retombées d’un tel évènement sont nombreuses et ont déjà été vérifiées l’année dernière. La première éditions a, selon le directeur, permis à plusieurs artistes d’être programmés dans des festivals aux Etats-Unis, au Moyen-Orient ou encore en Europe.

Visa For Music, c’est aussi des showcases. Sont programmés, en marge du salon, près de 40 groupes issus du Maroc, du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, du Moyen-Orient, des Caraïbes et du reste du monde. Un hommage sera par ailleurs rendu à quatre formations artistiques du Maroc, d’Afrique, du Moyen-Orient, et de la diaspora lors de la soirée d’ouverture de »Visa for Music ». Il s’agit de Aziz Sahmaoui, les Ivoiriens de Magic System, Hadda Ouâkki et Rakia Demssiria (Talbensirt).

En plus des concerts, le salon propose de donner un temps à la réflexion. Une série de conférences sont programmées autour de thématiques aussi variées que les artistes migrant, l’importance des réseaux et de la mobilité au sein de la filière musicale, les acteurs et les communautés humaines, la politique de la culture hip hop et le rap au Maroc ou encore la diffusion des contenus musicaux en Afrique.

Des documentaires sont aussi à l’affiche. Para ailleurs, le Conseil international de la musique (CIM), relevant de l’UNESCO, tiendra son assemblée générale à Rabat dans le cadre de Visa For Music 2015.

Comments
To Top