Monde

Fin de la prise d’otages dans un grand hôtel de Bamako

otabamak

La prise d’otages meurtrière dans un grand hôtel de Bamako a pris fin, ont indiqué une source militaire malienne. Au moins 18 personnes seraient mortes.

« Les assaillants n’ont plus actuellement d’otage entre leurs mains et les forces sont en train de les traquer », a assuré ministre malien de la Sécurité intérieure, le colonel Salif Traoré. Parmi les personnes décédées figurent deux des assaillants, a indiqué une source militaire malienne.

Le nombre de victimes est incertain. Une source évoque 18 personnes, et des casques bleus sur place disent avoir vu 27 corps répartis sur deux étages à l’hôtel. Les journalistes sur places ont noté l’évacuation de civils blessés.

Vendredi vers 08h00, une dizaine d’hommes lourdement armés sont entrés dans le bâtiment en tirant des coups de feu et en criant « Allahu Akbar » (Dieu est grand). Ils ont agi à l’intérieur de l’hôtel Radisson Blu, un établissement prisé par la clientèle internationale situé dans un quartier proche du centre de la capitale malienne.

otabamakLes assaillants ont retenu au départ 170 personnes, soit 140 clients et 30 employés. Durant la matinée, des otages ont été libérés, notamment ceux capables de réciter des versets du Coran. A la mi-journée, un assaut des forces spéciales, qui a fait trois morts, a permis de libérer des dizaines de personnes.
Forces spéciales
Plus tard, d’intenses échanges de coups de feu ont éclaté à l’intérieur de l’hôtel. Les assaillants se sont alors retranchés au septième étage. Des forces spéciales américaines et françaises ont porté assistance aux Maliens, ont annoncé le Pentagone et le ministère français de la Défense.

Sur son compte Twitter, le président malien Ibrahim Boubacar Keita a très vie « salu(é) le professionnalisme des forces de défense et de sécurité du Mali et remerci(é) les pays amis pour leur assistance ».

Outre des Maliens, cet hôtel de luxe hébergeait notamment une vingtaine de ressortissants indiens, douze Français, sept Algériens, quatre Belges, deux Allemands et au moins sept Chinois.

Une semaine après Paris
Les djihadistes d’Al Mourabitoun, groupe qui fut lié à Al-Qaïda, ont revendiqué sur Twitter la prise d’otages. L’authenticité de la revendication n’a toutefois pas pu être vérifiée dans l’immédiat.

L’assaut dans ce pays du Sahel survient une semaine après les attaques meurtrières revendiquées par le groupe Etat Islamique (EI) à Paris et dans sa banlieue. Elles ont fait 130 morts, selon un nouveau bilan, et plus de 350 blessés, provoquant une onde de choc planétaire.

Comments
To Top