Politique

Sécurité: L’expertise marocaine sollicitée au-delà des frontières

bcij1
bcij1Le savoir faire, la technicité et l’opérationnalité des services de sécurité marocains en matière de lutte antiterroriste n’est plus à démontrer.

La maitrise des techniques d’approche, d’analyse et d’anticipation des menaces terroristes dont font preuve ces services a donné ses fruits et leur vaut une réputation au-delà des frontières.

Hier les remerciements de la France au plus haut niveau de l’Etat ont constitué un gage de fierté et de reconnaissance, aujourd’hui la sollicitation de la Belgique vient confirmer la mobilisation du Maroc et sa disposition à se tenir aux côtés des pays frères et amis dans les rudes épreuves et dans le combat commun contre le terrorisme.

Ces sollicitations auxquelles le Royaume répond avec célérité et efficacité viennent également marquer son attachement aux idéaux de la paix et aux valeurs de tolérance et sa détermination à lutter contre les idées obscurantistes qui mènent à la radicalisation, en prônant les préceptes de l’islam du juste milieu et de la pondération.

A Bruxelles, l’expertise développée par le Maroc dans le domaine sécuritaire et en matière de lutte contre la radicalisation suscite respect et admiration.

Responsables et observateurs s’accordent à dire que la coopération dans ce domaine est seule à même de préserver les vies humaines des actes barbares des terroristes.

Interrogé par la MAP au sujet de la coopération marocaine dans le domaine sécuritaire, le vice-premier ministre, ministre belge de la sécurité et de l’Intérieur Jan Jambon s’est réjoui de la main tendue du Maroc en ces circonstances difficiles que traverse son pays.

Il a qualifié de très précieuse la collaboration avec le Royaume qui peut fournir à la Belgique des éléments clé pour l’aider dans les enquêtes en cours en rapport avec les attentats de Paris.

Le Premier ministre, Charles Michel a lui aussi salué la coopération avec le Maroc dans ce domaine.

Il a souligné, lors d’une conférence de presse, lundi soir à Bruxelles, que c’est le rôle et la responsabilité du gouvernement belge d’œuvrer à ce que la coopération soit optimale en matière de lutte contre le terrorisme aussi bien avec le Maroc qu’avec d’autres pays.

Latifa Ait Baala, vice-présidente du mouvement réformateur international (MRI), parti du premier ministre belge a pour sa part indiqué que les contacts établis aux plus hauts niveaux du Maroc et de la Belgique impulsent une dynamique nouvelle à la coopération entre deux pays amis dont la confiance mutuelle et indéfectible entretenue par les deux familles royales n’a jamais failli .

L’excellence des relations entre les deux monarchies est sans conteste un atout majeur pour garantir une coopération, la plus optimale possible et sans cesse plus étroite dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée , a souligné Mme Baala, ajoutant qu’ il est fort heureux que dans les circonstances exceptionnelles que connaît la Belgique, que le Maroc ait répondu favorablement à une telle sollicitation de SM le Roi Philippe .

Cette experte en droit européen a, d’autre part, mis en exergue l’expertise marocaine dans le domaine sécuritaire et dans la lutte contre la radicalisation, rappelant que plusieurs pays ont demandé au Royaume une assistance dans la formation des imams et des préposés au culte afin d’éradiquer l’extrémisme de la racine.

Le Maroc se distingue singulièrement par son expertise indiscutable en matière de lutte contre le terrorisme dont il connait les ramifications et en particulier contre toutes les mouvances djihadistes qui ont cherché à infiltrer son territoire, dans l’espace Sahélo-Saharien et au-delà sur la scène internationale , a-t-elle affirmé, rappelant que plusieurs attentats ont été déjoués in extremis notamment en Europe grâce aux services de renseignement Marocains .

La presse et les médias belges se sont largement fait l’écho ce mardi de cette demande de collaboration. Ils rapportent notamment des déclarations du porte-parole du ministre belge de la sécurité et de l’Intérieur dans lesquelles il se félicite de la réactivité des autorités marocaines et souligne leur professionnalisme et leur efficacité.

Il est logique de demander une collaboration plus étroite avec les services marocains. La semaine dernière, les informations venant des services marocains ont été décisives dans l’enquête française sur Abdelhamid Abaaoud , a-t-il déclaré.

L’intérêt manifesté par la Belgique aujourd’hui pour une collaboration « étroite » et « poussée » en matière de renseignements et de sécurité est sans conteste une nouvelle marque de reconnaissance à l’apport incontournable du Maroc dans la lutte contre le terrorisme et une expression de l’estime que portent les pays frères et amis à l’approche multidimensionnelle du Royaume en matière de lutte anti-terroriste, une approche globale qui intègre des aspects opérationnels proactifs et des actions sur le terrain, avec en même temps un volet éducatif assurant la sécurité religieuse et spirituelle, en faisant la promotion d’un Islam éclairé, tolérant et inclusif, fondé sur le rite malékite, sous la protection de SM le Roi Mohammed VI, garant de la pérennité d’Imarat Al Mouminine, rempart contre tous les extrémismes.

map

Comments
To Top