Societe

« Couscous de la fraternité », symbole de la solidarité des Marocains avec les victimes du terrorisme à Paris

couscousfra1

couscousfra1Une grande cérémonie de solidarité avec les victimes des attentats terroristes ignobles perpétrés le 13 novembre à Paris, en France, baptisée « Couscous de la fraternité », a été organisée vendredi à Mohammedia, à l’initiative d’un Collectif de citoyens marocains du Royaume et de France mené par Ahmed Ghayet, président de l’Association Marocains Pluriels.

Ont pris part à cette rencontre plusieurs personnalités marocaines et françaises du monde de la politique, de la culture, des médias et de la société civile, dont l’ambassadeur de France à Rabat, M. Jean-François Girault.

La cérémonie a débuté par une minute de silence à la mémoire des victimes de ces attentats, suivie de la lecture de la Fatiha et d’autres prières dénonçant la propagation de la haine et prêchant le bien et la fraternité entre les peuples.

Intervenant à cette occasion, M. Ghayet a indiqué que l’idée d’organiser un couscous de la fraternité pour dire non à la barbarie mais aussi aux amalgames est une initiative d’un Collectif de marocains, qui s’est vite répondue à travers les médias sociaux pour englober les Marocains du monde particulièrement en Tunisie, France, Belgique et Italie, notant que cette initiative a été couronnée par la création du « Rassemblement de Marocains pour la fraternité ».

D’autres initiatives similaires seront organisées dans 40 villes de 8 pays pour savourer et partager le couscous de la fraternité en signe de solidarité, de tolérance et de fraternité, a-t-il expliqué, notant qu’à travers cette cérémonie, les initiateurs lancent un message fort, celui de « vouloir vivre ensemble et en paix et que la fraternité l’emportera sur la barbarie ». Cette initiative est aussi l’occasion de renouer avec les traditions authentiques marocaines, de mettre en garde contre le rejet de l’autre et d’exprimer la solidarité avec les familles des victimes du terrorisme que ce soit en France, en Tunisie, au Liban ou en Syrie, retient M. Ghayet.

Pour sa part, l’ambassadeur de France a loué, dans une déclaration à la MAP, cette initiative qui, a-t-il dit, témoigne de la sympathie, de la compassion et de la solidarité du peuple marocain avec le peuple français. Ce qui caractérise cette louable initiative est qu’elle émane de gens qui croient en les valeurs de la liberté, de la paix et de la libre expression.

Le choix du vendredi, jour sacré de prière, de recueillement et de partage pour l’organisation de cette initiative est une importante occasion pour dénoncer les terroristes et le terrorisme et dire non aux tueries, à l’amalgame, à la violence et à la guerre, notant que les auteurs des actes terroristes n’ont aucun lien avec les religions monothéistes.

Dans une déclaration similaire, le président de l’Union des éditeurs du Maroc, M. Abdelkader Retnani, a indiqué que cette initiative est un message de compassion et de solidarité du peuple marocain avec le peuple français, suite aux actes terroristes qui ont endeuillé Paris le 13 novembre et qui ont fait 129 morts.

C’est un message pour dire que tous les Marocains sont contre le terrorisme et rejettent la violence, l’ignorance et l’extrémisme, a déclaré M. Retnani, faisant observer que le terrorisme qui a fait des victimes innocentes dans plusieurs pays n’a aucun lien avec l’Islam. Le terrorisme doit être combattu par tous à travers la conjugaison des efforts de tous les pays, a-t-il dit. Face à la barbarie il nous faut rester unis, c’est le meilleur rempart à la propagation de la peur et de la violence, soutiennent les initiateurs du couscous de la fraternité, faisant observer que l’horreur semble devenir le quotidien des populations innocentes qui paient un lourd tribut à la barbarie. « Outre la douleur, la détresse et la peur ressenties, de nombreux dégâts collatéraux viennent mettre à mal notre +vivre-ensemble+ », déplorent-ils

map

Comments
To Top