Societe

Violence à l’égard des femmes: Les chiffres alarmants du HCP

femme-violence
femme-violenceLa violence à l’égard des femmes est un phénomène qui prévaut dans les contextes conjugal et familial, a souligné le Haut commissariat au plan (HCP).

Selon les résultats de l’enquête nationale sur la prévalence de la violence à l’égard des femmes (ENVF) réalisée par le HCP en 2009 sur un échantillon de femmes âgées de 18 à 64 ans, 55 % des femmes mariées ont subi au moins un acte de violence en milieu conjugal durant les douze mois précédant l’étude, soit 3,7 millions de victimes, indique le HCP dans un communiqué à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Dans le cadre familial, il ressort de l’étude que les violences faites aux femmes ont fait 1,3 million de victimes, soit un taux de prévalence de 13,5 %.

Le rapport note que le taux de prévalence des violences conjugales en milieu urbain atteint 56,1 % contre 53,3 % en milieu rural, alors que le taux de prévalence des violences dans le cadre familial se situe à 14,3 % en milieu urbain et 12,3 % en milieu rural.

En milieu conjugal, la violence psychologique est la forme la plus répandue avec un taux de prévalence de 38,7 %, suivi de l’atteinte aux libertés individuelles (30,3 %), alors que dans le cadre familial, la violence psychologique occupe également la première place (10,3 %).

Selon les résultats de l’étude, les insultes, la violence verbale et l’humiliation de la part du conjoint (22,4 %) ou de sa famille (6,1 %) sont les plus répandus en milieu conjugal, suivies des agressions physiques (5,7 %) ou des menaces d’agressions (6,6 %).

En milieu familial, intervenir quant au choix de type de vêtements de la femme (14 %), l’empêcher de s’exprimer (22,7 %), intervenir dans le choix de ses amies (17,9), l’empêcher de sortir du domicile des parents ou la menacer de cela (15,7 %) et la violence verbale et insultes (8,4 %) sont les actes de violence les plus répandus.

Au niveau des spécificités démographiques et socio-économiques des victimes, il s’est avéré que les victimes de violence conjugale ne dépassent pas l’âge de 40 ans (61,6 %), proviennent principalement de zones urbaines (60,3 %), n’ont aucun niveau scolaire (56,8 %) et elles se sont mariées avant l’âge de 25 ans.

S’agissant de la violence en milieu familial, la plupart des victimes ne dépassent pas l’âge de 30 ans (69,8) et proviennent aussi du milieu urbain (63,1 %).

Comments
To Top