Mode & Beauté

L’Espagnole Mireia Lalaguna Royo couronnée Miss Monde 2015

Mireia Lalaguna Rozo (C) of Spain is crowned by former Miss World Jolene Strauss after winning the new title at the Miss World Grand Final in Sanya, next to Miss Russia, Sofia Nikitchuk (L) and Miss World Indonesia, Maria Harfanti (R) in southern China's Hainan province on December 19, 2015. Contestants from over 110 countries compete in the final of the 65th Miss World Competition. AFP PHOTO / JOHANNES EISELE / AFP / JOHANNES EISELE

Mireia Lalaguna Rozo (C) of Spain waves after winning the new title at the Miss World Grand Final in Sanya, next to Miss Russia, Sofia Nikitchuk (L) and Miss World Indonesia, Maria Harfanti (R) in southern China's Hainan province on December 19, 2015. Contestants from over 110 countries compete in the final of the 65th Miss World Competition. AFP PHOTO / JOHANNES EISELE / AFP / JOHANNES EISELE

L’Espagnole Mireia Lalaguna Royo a été désignée comme « la plus belle femme du monde » samedi en Chine, en étant couronnée Miss Monde 2015. Cette étudiante en pharmacie de 23 ans, blonde, s’est imposée parmi 11 finalistes, devant la Russe Sofia Nikitchuk et la représentante indonésienne Maria Harfanti.
Lalaguna Royo a reçu la couronne des mains de la précédente Miss Monde, Rolene Strauss.
C’était la septième fois que la Chine accueillait l’élection, dont la première édition remonte à 1951.
Le Top 5 parmi les 11 finalistes est composé de la Russie, l’Espagne, le Liban, l’Indonésie et la Jamaïque. Les représentantes philippine, guyanienne, française, sud-africaine, australienne et vietnamienne, également en finale, repartent sans tiare. C’est Miss Vietnam qui est repartie avec le prix du public.
La Belgique était représentée en Chine, dans la ville côtière de Sanya, par Leylah Alliët, une jeune femme de Roulers finaliste de la dernière édition de Miss Belgique.
La participante canadienne n’a quant à elle pas pu se rendre à l’élection de Miss Monde, car la Chine a refusé de lui accorder un visa. Anastasia Lin, adepte du Falun Gong (mouvement spirituel), affirme que le gouvernement chinois a refusé sa présence à cause de son combat pour mettre en lumière la censure médiatique et le non-respect des droits de l’Homme en Chine. Durant l’été, elle avait témoigné devant le Congrès américain au sujet des persécutions orchestrées par le Parti Communiste envers les adeptes du Falun Gong.

Comments
To Top