Politique

Retraites: les syndicats denoncent une décision « irréfléchie »

syndicat
Quatre centrales syndicales ont dénoncé la tentative du gouvernement d’imposer le fait accompli dans la réforme des retraites, lui imputant la responsabilité des « incidences graves » qui s’ensuivront.

L’Union marocaine du travail, la Confédération démocratique du travail, l’Union générale des travailleurs au Maroc et la Fédération démocratique du travail ont rendu public un communiqué conjoint pour prévenir le gouvernement contre l’inconséquence d’imposer ce qu’il considère comme « réforme », et de n’en faire qu’à sa tête par rapport à une décision qui aura un impact négatif sur le destin de l’ensemble des fonctionnaires et salariés, suite à l’inscription du dossier de la retraite à l’ordre du jour du conseil de gouvernement de ce jeudi.

Ces mêmes syndicats se sont indignés devant l’indifférence du gouvernement face aux propositions et recommandations du corps syndical, tenant l’Exécutif pour responsable de la détérioration de la paix sociale à cause de son « entêtement et son insistance pour éliminer le mouvement syndical et à compromettre le dialogue social ».

Selon le communiqué conjoint, l’inscription du dossier de la retraite à l’ordre du jour du conseil du gouvernement de ce jeudi constitue « un acte provocateur et une méthode rejetée dans le traitement d’une question intéressant une large frange de la société, en l’occurrence les fonctionnaires de la fonction publique ».

« Ce procédé est également de nature à aggraver la situation sociale et à exposer la paix sociale à de sérieuses menaces », ajoute-on.

Les quatre syndicats ont, de même, réitéré leur rejet « catégorique et de principe » de toute réforme des régimes de retraite, opérée aux dépens des salariés et adhérents et visant à relever l’âge du départ à la retraite, à augmenter les prélèvements ou encore à réduire les pensions.

Le communiqué dénonce ainsi une décision « irréfléchie » qui acculera le mouvement syndical à l’escalade et à l’application intégrale de son programme d’action, à travers de nouvelles formes de protestation pour faire face aux décisions impopulaires du gouvernement qui privilégie l’insouciance et la fuite en avant ».

Les centrales syndicales ont appelé ainsi à continuer à user de tous les moyens pour réaliser les revendications légitimes et justes de la classe ouvrière.

Ils ont aussi invité toutes les forces vives du pays, partis politiques, société civile et organisations des droits de l’Homme, à « se tenir aux côtés de la classe ouvrière marocaine et à appuyer ses positions légitimes et justes », appelant cette dernière à se mobiliser davantage et à se préparer à toutes les formes de militantisme pour défendre ses droits et prémunir ses acquis ».

Comments
To Top