Santé

Le tabagisme responsable de 8% des décès au Maroc

cigarette
Le tabagisme est responsable de 8 % du niveau de la mortalité générale au Maroc, dont 75 % de décès dus au cancer du poumon et 10 % à des maladies respiratoires.

C’est ce qu’a affirmé le ministre de la Santé, Houcine El Ouardi, lors d’une journée d’étude sur le tabagisme, organisée mercredi à la Chambre des représentants. Il a, par ailleurs, relevé que le taux du tabagisme au Maroc est l’un des plus élevés dans la région du Moyen Orient, notant que 31 % des fumeurs sont des hommes et 2,3 % des femmes, alors que le tabagisme chez les élèves âgés entre 13 et 15 ans atteint jusqu’à 10 % chez les garçons et 7 % chez les filles.

Il a mis en garde contre ce phénomène considéré comme une épidémie mondiale et un vrai danger pour la santé, le tabagisme étant l’une des causes principales de décès que l’on peut éviter, coûtant la vie à six millions de personnes chaque année, dont plus de 600 mille meurent de l’exposition à la fumée secondaire.

Selon les prévisions, cette épidémie pourrait causer le décès de huit millions de personnes d’ici 2030, dont plus 80 % sont issues de pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, si aucune mesure n’est prise pour réduire ses risques, a relevé le ministre de la Santé, ajoutant que ce fardeau constitue également, en termes de mortalité et de déficience précoces, une menace pour le développement humain et socio-économique.

Afin de faire face à ce fléau, le ministre a rappelé l’initiative d’intégrer la lutte contre le tabagisme dans le Plan national de prévention et de contrôle du cancer, élaboré dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de la Santé et la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers.

Ce plan prévoit 78 mesures de gestion, dont 8 dédiées à la lutte contre le tabagisme et qui concernent principalement l’organisation d’études épidémiologiques pour surveiller et suivre la propagation de ce phénomène chez les jeunes scolarisés, les étudiants, les enseignants et les administrateurs, le renforcement des activités de sensibilisation sur les dangers du tabagisme au sein des hôpitaux et des centres de santé, outre le soutien des fumeurs désirant cesser de fumer et le renforcement du cadre juridique de la lutte contre le tabagisme.

Le Maroc est le premier pays à avoir élaboré une loi contre le tabagisme au niveau régional en avril 1991, entrée en vigueur le 3 février 1996, a également rappelé le ministre, précisant que ce texte porte sur l’interdiction de fumer dans certains lieux publics et de faire de la propagande ou de la publicité en faveur du tabac.

Il a relevé, en revanche, qu’aucun décret d’application de cette loi n’a été promulgué depuis, sachant que d’autres pays ont tardé à prendre des initiatives législatives concernant ce sujet.

La ratification par le Maroc de la Convention-cadre de l’Organisation Mondiale de Santé (OMS) pour la lutte antitabac (CCLAT), approuvée par 180 Etats, constitue un pas décisif pour l’adoption et la mise en œuvre des lignes directrices de cette convention internationale et aura également un impact positif sur la lutte antitabac et la réduction de ses effets nuisibles sur la santé publique dans le Royaume, ainsi que sur le renforcement de l’arsenal juridique pour la lutte contre le tabagisme, a conclu El Ouardi.

map

Comments
To Top