Politique

Sahara : le Conseil de sécurité souhaite que la Minurso puisse fonctionner pleinement

conseil-de-securite-onu

Le Conseil de sécurité a souhaité jeudi que la mission de l’ONU au Sahara  (Minurso) puisse recommencer à fonctionner pleinement, dans une première réaction unanime à la querelle entre le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et Rabat.
Mais les 15 pays membres n’ont pas pris de décision ni même pris parti dans cette querelle, se contentant d’appeler à la régler de manière constructive et complète et par la coopération

Le président du Conseil pour le mois de mars, l’ambassadeur angolais Ismael Gaspar Martins a fait part à la presse de cette prise de position à l’issue de trois heures de consultations à huis clos sur cette querelle qui envenime depuis dix jours les relations entre l’ONU et le gouvernement marocain.

Irrité par des propos tenus par M. Ban lors d’une visite en Algérie début mars où il a rencontré des réfugiés , le Maroc n’a pas hésité à expulser dimanche dernier la quasi totalité des experts civils expatriés de la Minurso et à faire fermer un bureau de liaison militaire.

Ces mesures de rétorsion risquent selon l’ONU de rendre bientôt la mission, forte de 500 hommes, civils et militaires, incapable de remplir le mandat que le Conseil lui a confié en 1991.

M. Ban avait fait référence à une occupation du Sahara , franchissant ainsi une ligne rouge pour Rabat.

Depuis lors, les contacts pris par des pays du Conseil, dont la France, avec le Maroc n’ont pas fait revenir Rabat sur sa décision.

Selon l’ambassadeur angolais, les pays du Conseil ont exprimé une grave inquiétude face à cette situation et ils ont rappelé que les 16 missions de la paix de l’ONU dans le monde sont déployées sur instruction du Conseil pour mener à bien des tâches cruciales.

Mais l’ambassadeur s’est contenté d’indiquer que les contacts bilatéraux avec Rabat allaient continuer. Nous sommes inquiets et c’est un problème qu’il faut résoudre, a-t-il déclaré à la presse.

avec afp

Comments
To Top