Santé

Deux millions de Marocains âgés de plus de 20 ans sont diabétiques

diabete
Environ 2 millions de Marocains âgés de plus de 20 ans sont diabétiques, dont 50 % ignorent être atteints de cette maladie, a affirmé le ministre de la Santé El Houssaine Louardi, lundi à Rabat.

Ainsi, 625 mille personnes reçoivent des traitements pour le diabète dans des centres de santé, dont 15.000 enfants atteints de diabète type 1, a précisé le ministre qui s’exprimait à l’occasion d’une réunion de la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants dédiée au débat autour de « La stratégie du ministère de la Santé pour la prévention et la lutte contre le diabète à la lumière du coup d’envoi de la campagne nationale de sensibilisation ».

Cette campagne de sensibilisation contre le diabète, a-t-il ajouté, se poursuivra du 7 avril courant au 7 mai prochain, pour un coût de 3 millions de dirhams (MDH) et au profit de 500 mille personnes qui bénéficieront de dépistage à partir du mois d’avril jusqu’à fin juin.

Le ministre a, de même, indiqué que le Plan d’action national de prévention et de prise en charge du diabète 2012-2016, qui s’inscrit dans le cadre du Plan d’action mondial de lutte contre le diabète 2011-2025 et le Plan d’action mondial de lutte contre les maladies non transmissibles 2013-2025 (OMS), vise généralement à réduire les complications et les décès résultant de cette maladie.

Le Plan entend également à sensibiliser sur le diabète et ses complications, renforcer les compétences des travailleurs de la santé et des patients dans le domaine de la prise en charge de cette maladie et organiser des filières de traitement sans oublier d’améliorer le système de contrôle et de suivi.

Le ministre a relevé que, dans le domaine de la prévention, des campagnes de sensibilisation sur les facteurs de risque de développement du diabète ont été organisées en parallèle à l’élaboration d’un plan multisectoriel pour promouvoir la vie saine.

40.000 nouveaux cas pris en charge gratuitement chaque année

S’agissant de l’amélioration de la qualité de la prise en charge des diabétiques, le ministre a noté que 40.000 nouveaux cas sont diagnostiqués et pris en charge gratuitement chaque année, ajoutant que l’ensemble des centres de santé de niveau 1 ont été équipés pour le dépistage du diabète et le suivi du niveau de sucre chez les malades, alors que 60 centres de santé de niveau 2 ont bénéficié d’équipements de suivi de la maladie et de médicaments gratuits, tandis que 90 MDH sont réservés annuellement pour l’acquisition de médicaments.

Le ministre a, de même, souligné que 1.440 médecins généralistes par an bénéficient de formations continues dans le domaine de la prise en charge du diabète, de la mise en place de références unifiées de prise en charge du diabète de type 2, de l’intégration d’activités pédagogiques de traitement dans plus de 70 centres de santé avec la formation de plus de 200 travailleurs de santé dans ce domaine, sans oublier la création de la filière dédiée au traitement de cette maladie.

Dans ce cadre, le ministre a lancé une campagne de sensibilisation à la maladie du diabète et ses complications sous le thème : « ensemble contre le diabète » au titre de l’année 2015.

Elle comprend la campagne de Ramadan (juin-juillet 2015), une campagne à l’occasion de la journée du diabète (novembre-décembre 2015) et une campagne à l’occasion de la journée internationale de Santé (avril-mai 2016) qui a nécessité un budget global d’environ 15 millions de dirhams.

La sensibilisation concerne également la production, la diffusion de 3 spots à la télévision et la radio, la production de 8 capsules télévisées, la diffusion des reportages depuis les sites de sensibilisation dans le journal télévisé, la publication d’articles portant sur cette maladie dans les journaux et les revues, la mobilisation des sites internet, des réseaux sociaux et la presse électronique et la production d’outils pédagogiques et de sensibilisation.

Plus que 20 conventions de partenariat ont été signées entre les fédérations et les associations pour mener des campagnes de sensibilisation autour de cette épidémie et ses complications, à un coût total estimé entre 80.000 et 500.000 dirhams, consacré chaque deux ans pour une association. Le Ministère a également œuvré pour le développement de la gouvernance à travers la mise en œuvre d’un système de suivi et de valorisation, qui concerne le contrôle de la maladie du diabète dans tous les centres de santé, l’élaboration d’un nouveau système intégré pour le suivi des maladies non transmissibles (le diabète et l’hypertension) au niveau de tous les centres de santé, l’institutionnalisation de la commission technique et scientifique et la publication de 5 circulaires ministériels afin d’améliorer les mécanismes de gestion, a-t-il précisé.

La maladie de diabète pose plusieurs défis, qui concernent notamment l’augmentation continue du risque, l’augmentation du taux de diagnostic et de dépistage, l’inconscience des patients du danger de la maladie, de ses conséquences et de l’importance de sa gestion autonome, ainsi que la faiblesse des remboursements des coûts de l’autocontrôle de la glycémie, le développement des programme spéciaux pour la gestion de cette épidémie chez les enfants et les femmes enceintes, et la rareté des études épistémologiques et sociologiques sur cette maladie et ses complications, a-t-il ajouté.

Dans la perspective de relever les défis de cette maladie, qui constitue la première cause de l’insuffisance rénale, la cécité et l’amputation du pied, il est indispensable de renforcer les mesures de prévention contre les facteurs de risque des maladies non transmissibles, et d’élargir la couverture médicale des services de diagnostic précoce et de dépistage avec l’amélioration de son accès et du pourcentage de remboursement des coûts de l’autocontrôle de la glycémie, a- t-il conclu.

map

Comments
To Top