Médias

Le phénomène Kendji Girac gagne Mawazine avec sa musique gipsy colorée et festive

Rabat – Le jeune prodige Kendji Girac (19 ans) a fait vivre mardi au public de Mawazine, sur la scène OLM-Souissi, une soirée festive et colorée au rythme de sonorités « gipsy pop », un style musical qu’il s’est approprié avec fierté pour afficher ses racines gitanes dont il est très attaché.

Son concert dans le cadre de la 15ème édition du festival Mawazine Ryhmes du monde (20-28 mai) a été à la hauteur des attentes, séduisant un large public composé en majorité d’enfants et d’adolescents, venus découvrir de près cette star de la chanson dont l’ascension fulgurante fait figure de conte de fées.

Issu de la communauté des gens de voyage, Kendji s’est fait connaître sur Internet en 2013 avec une reprise gipsy du tube « Bella » de Maître Gims dont la vidéo a été vue plus de cinq millions de fois sur YouTube.

Ce succès lui vaut de faire partie de l’émission The Voice qu’il remporte haut la main, devenant ainsi une valeur sûre de la scène musicale française.

Le jeune chanteur et guitariste français d’origine catalane relevait, lors d’une conférence de presse avant son concert, avoir « hâte » de monter sur scène pour partager sa musique « gipsy pop » pour la première fois avec le public de Mawazine.

L’enthousiasme était réciproque tant le public chauffé à blanc s’impatientait de retrouver sa star préférée, qui est montée sur scène sous un tonnerre de cris et d’applaudissements. Dès que les premières notes de la chanson « Conmigo » ont retenti sur scène, les spectateurs n’ont pas pu se retenir, sautant dans tous les sens et répétant en chœur les paroles en français et en espagnol de ce morceau récompensé du titre de « Chanson française de l’année » lors de NRJ Music Awards 2015.

Après cette entrée en matière très réussie, le très charismatique Kendji a enchaîné avec des chansons qui côtoient à merveille guitare gipsy et inspirations actuelles à coups de funk, de rap-électro ou encore de rythmes latinos.

Il a ainsi interprété en français avec des passages en espagnols des titre comme « Cool », « Andalouse », « Color Gitano », « Elle m’a aimé », « Sonrisa » ou encore « Tu Y yo » puisés dans ces deux premiers albums « Kendji » et « Ensemble », dont le premier a été écoulé à plus d’ 1,3 million d’exemplaires et le deuxième est déjà certifié disque de Diamant.

Le public a été également au rendez-vous avec le hit « No me mires mas » issu d’une collaboration avec le rappeur français d’origine comorienne, Soprano.

Cette soirée « so caliente » a été ponctuée de prestations de chant flamenco qui ont transporté le public au cœur de l’Andalousie et de la beauté des jardins de Cordoue et de Grenade. En totale communion avec sa guitare, Kendji a subjugué l’assistance avec son jeu tout en maîtrise, livrant une performance exceptionnelle au public de Mawazine.

En Artiste polyvalent, Kendji a également gratifié la foule en délire de pas de danses de flamenco et de salsa, démontrant encore une fois toute l’étendue de son talent artistique.

Au delà des rythmes endiablés et des sons explosifs, ce concert a été aussi placé sous le signe de l’émotion avec des ballades romantiques et des chansons aux paroles fortes et touchantes.

C’est le cas de la chanson « Les yeux de la Mama », reprise à l’unisson par le public, que Kendji a dédicacé à toutes les mères, à leur tête, la sienne, saisissant cette occasion pour la remercier pour tous les sacrifices qu’elle a consentis pour lui.

Et comme toutes les bonnes choses ont toujours une fin, Kendji a clôturé sa première rencontre avec le public de Mawazine en apothéose avec son hit « Me quemo » extrait de son second album « Ensemble ».

Le succès de Kendji Girac est tel qu’il réalise avec deux albums aujourd’hui plus de ventes de disques que le grand Mika, son coach à qui il doit son ticket d’entrée à l’émission The Voice. « Cela ne peut que me faire plaisir. Cela prouve qu’il ne s’est pas trompé en croyant en moi », a-t-il dit.

Pour lui, le fait d’arriver très vite au somment de la célébrité ne l’a pas changé et il en est fier.

Comments
To Top