Monde

Policier et sa compagne tués : la France de nouveau la cible d’un acte « terroriste »

larossi

Jihadisme: la France de nouveau la cible d’une action « terroriste » après l’assassinat lundi soir d’un policier et de sa compagne près de Paris

La France a de nouveau été la cible d’une action « terroriste » après l’assassinat lundi soir d’un policier et de sa compagne près de Paris, acte revendiqué par un meurtrier qui appelait à faire de l’Euro « un cimetière » et par le groupe Etat islamique.

« C’est un acte incontestablement terrorsite », a déclaré mardi matin le président François Hollande après une réunion d’urgence à l’Elysée.

« Son auteur a lui-même voulu que son acte puisse être reconnu comme terroriste et l’organisation dont il se réclamait a elle aussi revendiqué l’acte », a-t-il ajouté, en évoquant « une menace terroriste de très grande importance » alors que la France accueille depuis vendredi l’Euro de football.

Cette attaque, perpétrée lundi soir, a été menée sept mois jour pour jour après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts le 13 novembre, et deux jours après la tuerie d’Orlando (Etats-Unis) qui a fait 49 morts et 53 blessés dans un club gay, des tueries toutes revendiquées par l’EI.

Le meurtrier, abattu dans une opération du Raid, était un homme de 25 ans du nom de Larossi Abballa, condamné en 2013 pour participation à une filière jihadiste entre la France et le Pakistan, a-t-on appris de sources concordantes. Originaire de Mantes-la-Jolie, il avait été jugé avec sept autres prévenus et condamné à trois ans de prison, dont six mois avec sursis.

Son nom était également apparu récemment dans une enquête sur une filière jihadiste syrienne, a-t-on appris mardi de sources proches de l’enquête.

La parquet antiterroriste a ouvert une enquête préliminaire, notamment pour assassinats terroristes sur personnes dépositaires de l’autorité publique et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle. Le procureur de Paris François Molins tiendra une conférence de presse à 14H15.

Lundi vers 21H00, Larossi Abballa a tué à coups de couteau un policier en civil, avant de se retrancher au domicile de sa victime dans un quartier pavillonnaire de Magnanville (Yvelines) et d’être abattu lors de l’assaut du Raid.

Dans la maison, les policiers ont découvert le corps de la compagne du policier, âgée de 36 ans et qui avait été égorgée. Ils ont aussi retrouvé le fils du couple, trois ans, choqué mais indemne.

– « Faire de l’Euro un cimetière » – Le policier tué était un commandant de police de 42 ans en poste aux Mureaux (Yvelines). Sa compagne était secrétaire administrative au commissariat de Mantes-la-Jolie, dans le même département.

Quelques heures après l’attaque, l’agence Amaq liée au groupe jihadiste a affirmé qu’un « combattant de l’Etat islamique » (EI) avait tué le couple près de Paris. Selon des sources policières, Abballa « s’est revendiqué du groupe jihadiste » durant les négociations avec le Raid et des témoins ont rapporté aux enquêteurs qu’il aurait crié « Allah akbar ».

« Nous allons faire de l’Euro un cimetière », avait-il promis dans une vidéo en direct filmée depuis la maison des victimes et postée sur Facebook, a rapporté le journaliste spécialiste du jihad David Thomson, qui a visionné l’enregistrement.

Abballa enjoint également « à attaquer des policiers, des journalistes, des personnalités publiques, des gardiens de prison et des rappeurs », en écho à un appel de l’EI du 21 mai prônant des attaques contre les Etats-Unis et l’Europe pendant le mois de ramadan qui a débuté le 6 juin.

En visite au commissariat des Mureaux, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a affirmé sa volonté de « mettre hors d’état de nuire d’éventuels complices », sans se prononcer sur l’hypothèse d’un acte isolé.

Quatre perquisitions ont été menées mardi matin et deux personnes, des « relations » de Larossi Abballa, ont été placées en garde à vue, a-t-on appris de source policière.

Au commissariat des Mureaux, qui compte 150 fonctionnaires, le choc était visible.

« Nos collègues pensaient qu’ils étaient à l’abri chez eux. Aujourd’hui, on est au bout du rouleau, on est tués. Les 140.000 policiers de France sont tristes, atterrés. Les policiers vont avoir peur », affirme le secrétaire général du syndicat Unité SGP Police FO, Yves Lefebvre.

Les syndicats de policiers et des personnels administratifs de la police nationale seront reçus à 18H00 au ministère de l’Intérieur.

Interrogé sur d’éventuelles mesures de sécurité supplémentaires, réclamées par la droite et certaines organisations professionnelles, le Premier ministre Manuel Valls a rappelé que « des mesures ont déjà été prises pour la protection des policiers ». « Nous n’allons pas adopter à chaque fois une nouvelle mesure ».

Le Conseil français du culte musulman a condamné « avec la plus grande vigueur cet acte d’horreur, odieux et abject », appelant « les musulmans de France à profiter du mois sacré du Ramadan pour prier pour que la France vive dans la paix, l’unité et la sécurité ».

AFP

Comments
To Top