Sport

Le CIO décide de ne pas suspendre les athlètes russes des JO de Rio

ciorussie
Le Comité international olympique a décidé, dimanche, de ne pas suspendre collectivement les athlètes russes des prochains Jeux olympiques de Rio, comme l’a recommandé l’Agence mondiale antidopage

Dans un communiqué, l’organisation a affirmé avoir laissé aux fédérations internationales le soin d’interdire ou non les athlètes russes lors des jeux de Rio qui s’ouvrent le 5 août prochain. Réunie dimanche, la commission exécutive du CIO a toutefois décidé de soumettre la participation de tout athlète russe à de rigoureux tests antidopage, alors que le Comité olympique russe ne pourra pas envoyer d’athlètes déjà sanctionnés pour dopage. Le rapport du juriste canadien indépendant Richard McLaren fait état d’un système de dopage généralisé parmi les sportifs russes et de dissimulations lors des compétitions internationales, en particulier lors des jeux d’hiver de Sotchi (Russie). La commission avait indiqué que des procédures disciplinaires seraient engagées à l’encontre des responsables russes mentionnés dans le rapport McLaren. Jeudi dernier, le Tribunal arbitral du sport (TAS) avait rejeté le recours du Comité olympique russe (ROC) et des 68 athlètes qui demandaient à participer aux Jeux de Rio, après la suspension de la Russie par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF).

« Le jury du TAS a confirmé la validité de la décision de l’IAAF selon laquelle des athlètes dont la fédération nationale est suspendue sont inéligibles pour les compétitions tenues sous l’égide de celle-ci », selon un communiqué de la plus haute juridiction sportive. Le président de la Fédération internationale d’athlétisme, Sebastian Coe, s’est félicité du « soutien » apporté par le TAS face au dopage, après le rejet de l’appel des athlètes russes ainsi suspendus. En même temps, le ministre russe des Sports Vitali Moutko a dénoncé le rejet par le TAS de l’appel des 68 athlètes russes demandant à participer aux JO, le qualifiant de « politique » et « sans fondement juridique ».

L’Agence mondiale antidopage vient de dévoiler le rapport de McLaren sur les accusations de « dopage organisé » qui s’accumulent depuis des mois à l’encontre du sport russe, notamment l’athlétisme, dont la fédération est sous le coup d’une suspension. L’AMA, l’Agence américaine antidopage (USADA) et le Centre canadien pour l’éthique du sport (CCES) avaient appelé la semaine dernière à la suspension de la Russie de tous les événements internationaux.

Comments
To Top