Voyages

Rabat aménage sa corniche

rabat corniche
Après avoir délaissé sa plage sur l’océan atlantique pendant des décennies, Rabat s’est engagé dans une série de chantiers structurants de développement qui feront d’elle « une capitale des lumières ».

Sur une longueur de 13 km, des Oudayas jusqu’à la plage de Harhoura à la préfecture de Skhirat-Témara, la côte maritime de Rabat connait les travaux d’aménagement de la corniche qui s’inscrit dans le cadre du projet d’aménagement de la vallée (deux rives) de Bouregreg.

Le projet d’aménagement de la Corniche de Rabat, qui s’étend sur une superficie de 330 ha, s’érige en un projet touristique et de divertissement qui comportera neuf zones distinctes. Cinq d’entre elles sont à vocation touristique et immobilière.

De son côté le projet d’aménagement de la vallée de Bouregreg qui s’étend sur une superficie de 6.000 ha, est un projet de grande envergure visant l’aménagement de cet espace et sa promotion, dans un respect total de l’aspect environnemental. Il est segmenté en six séquences complémentaires, à savoir Bab Al Bahr, Amwaj, Kasbat Bouregreg, Sahrij Al Oued, Al Menzah Al Kabir, et la rivière des Shoul.

Supervisé par l’Agence pour l’Aménagement de la vallée de Bouregerg, ce projet a réussi, à travers une stratégie claire et inclusive, à réaliser un grand nombre de ses principaux objectifs, notamment l’assainissement des eaux des égouts, la mise à niveau des décharges publics qui sont la cause de la pollution des eaux souterraines, et le renforcement des principales installations, afin de donner une forte impulsion à la réalisation des projets touristiques, à l’aménagement des espaces verts et des parcs tout au long des deux rives de Bouregreg, au transport public entre Rabat et Salé et au développement des infrastructures dans le domaine des télécommunications.

Afin de réaliser ce projet, l’Agence a opté pour une stratégie qui place la dimension gouvernementale et la préservation du patrimoine culturel de la capitale au cœur de ses priorités, consciente que cet espace a longtemps souffert de la surexploitation humaine, ce qui a causé une pollution importante aux niveaux aérien et fluvial, en plus des facteurs ayant trait à la fragilité de la structure du sol.

Par ailleurs, l’importance du projet « Bab Al Bahr » réside dans son positionnement unique puisqu’il avoisine des sites et des monuments historiques que ce soit à la capitale Rabat ou à Salé. Conçu en harmonie avec son environnement naturel et avec le respect de ses sites patrimoniaux, ce projet sera un espace authentique, puisant dans l’histoire, et contemporain, se projetant dans le présent et le futur. Ce projet qui constitue une sorte de mutation touristique, ambitionne de faire des deux rives et de la région un pôle touristique par excellence qui consolide la diversité du produit touristique marocain.

Considéré comme l’un des projets les plus réussis, le tramway a contribué à l’amélioration des conditions de transport des habitants des villes de Rabat et Salé. Ce mode de transport, ayant soulagé les tensions dans toute l’agglomération, figure parmi les projets prioritaires et s’inscrit pleinement dans le cadre du plan d’aménagement et de développement de la vallée de Bouregreg.

Offrant un nouveau style de vie, le tramway facilite la circulation, crée un lien entre les deux rives et permet d’améliorer la fluidité entre les villes jumelles. Il représente également un réel intérêt en termes de protection de l’environnement, garantissant de meilleures conditions de sécurité.

En effet, les infrastructures de franchissement reliant Rabat et Salé se sont renforcées avec la construction notamment, du pont Moulay El Hassan, qui s’étend sur une longueur de 1,2 km et caractérisé par son architecture et par sa forme urbaine.

Outre ce nouvel ouvrage qui permet donc la circulation des véhicules en 2×2 voies offrant des pistes cyclables pour les 2 roues, des trottoirs pour les piétons et une voie au tramway, figure également le tunnel des Oudayas, l’une des solutions à même de contribuer à l’amélioration des conditions du transport et de la circulation au niveau de l’agglomération.

Par ailleurs, le programme intégré de développement de la ville de Rabat (2014-2018), baptisé « Rabat, ville lumière, capitale marocaine de la culture », constitue l’un des projets structurants destinés à assurer un développement urbain de la capitale du Royaume et lui permettra ainsi, de se hisser au rang des grandes métropoles mondiales.

Ce projet d’envergure, qui a nécessité un investissement de 9,425 MMDH, vise à valoriser le patrimoine culturel et civilisationnel de la ville, à préserver les espaces verts et l’environnement, à améliorer l’accès aux services et équipements sociaux de proximité, à renforcer la bonne gouvernance et à requalifier le tissu urbain.

Sur la même lancée futuriste, la ville de Rabat s’est engagée dans une série de grands chantiers et de projets structurants prometteurs, conformément aux hautes orientations royales, visant le développement du tissu urbain des différentes villes du Royaume d’une manière cohérente et équilibrée, dans le but d’asseoir la position de Rabat en tant que capitale lumière par excellence.

Comments
To Top