Politique

Assemblée Générale de l’ONU: le Maroc en mode écolo

mezouar
Les membres du comité de pilotage marocain de la COP22 participent à une série de rencontres ayant pour objectif de mobiliser la communauté internationale autour des questions climatiques.

La semaine de haut-niveau de la 71ème Assemblée Générale des Nations Unies, dont le coup d’envoi a été donné aujourd’hui à New York avec la participation du ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, constitue une opportunité pour le Maroc de promouvoir ses initiatives en matière de changement climatique.

« Cette semaine de haut-niveau avec les dirigeants du monde est une opportunité pour le Maroc de promouvoir ses initiatives en matière de changement climatique », indique mardi un communiqué du comité de pilotage de la 22è Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur le climat (COP 22).

Dans cet esprit, les membres du comité de pilotage de la COP22, Driss El Yazami, Nizar Baraka, Aziz Mekouar, Said Mouline, Hakima El Haité et Abdeladim Lhafi participeront à une série de side events et de rencontres bilatérales ayant pour objectif de mobiliser la communauté internationale avec un plan d’action climatique ambitieux pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris, précise le communiqué.

Et d’ajouter que le 21 septembre, le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon organisera un événement spécial pour encourager les Parties à ratifier l’Accord de Paris. Le Maroc sera parmi les 20 pays à déposer ses instruments de ratification de l’Accord à New York.

Afin que l’Accord de Paris puisse entrer en vigueur, au moins 55 pays représentant 55% des émissions mondiales doivent déposer leurs documents de ratification. Selon la CCNUCC, 29 Parties ont ratifié l’Accord à ce jour, représentant 40,12% des émissions.

Cette 71ème session de l’Assemblée Générale est organisée sous le thème « Les objectifs de Développement Durable : une poussée universelle pour transformer notre monde », note le communiqué, faisant observer que parmi les Objectifs de Développement Durable (ODD), l’objectif n°13 est particulièrement d’actualité pour le Maroc, pays hôte de la prochaine Conférence des Parties COP22. Il s’agit en effet de « Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions ».

L’impact du changement climatique fait déjà de nombreuses victimes. Entre 2011 et 2014, ces effets ont déjà obligé plus de 83 millions de réfugiés climatiques à quitter leurs terres natales. Cet impact est encore plus néfaste pour les pays les moins avancés et les territoires insulaires, rappelle la même source.

Dans son discours d’introduction, le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon a souligné l’importance de l’agenda du changement climatique, indique la même source.

« Avec l’Accord de Paris, nous répondons au défi le plus important de notre époque. Nous n’avons plus de temps à perdre. J’appelle les chefs d’Etat à faire le nécessaire pour une entrée en vigueur de l’Accord de Paris avant la fin de cette année. Nous avons encore besoin de la ratification de 26 Etats membres représentant 15% des émissions globales pour faire de cette entrée en vigueur une réalité. » Selon Peter Thomson, le Président de l’Assemblée Générale – premier originaire d’un pays insulaire, à savoir la République des Fidji, « Nous avançons vers une ratification rapide de l’Accord de Paris. Nous ne devons plus tarder ».

Le président Brésilien Michel Temer a confirmé l’engagement de son pays à combattre le réchauffement climatique : « demain, je déposerai les instruments de ratification du Brésil de l’Accord de Paris « .

Le Président des Etats Unis, Barack Obama, a appelé la communauté internationale à poursuivre le travail commun pour résoudre les problématiques du changement climatique.

« L’Accord de Paris nous fournit un cadre de travail pour agir, mais seulement si nous relevons nos ambitions », a-t-il précisé.

En tant que premier leader africain à s’adresser à l’Assemblée Générale ce matin, Idriss Déby Itno, Président du Tchad, a souligné l’importance d’un travail conjoint avec la communauté internationale afin de combattre les effets du réchauffement climatique en Afrique.

Il a ainsi déclaré  » Il ne s’agit pas de faire la charité pour l’Afrique, mais plutôt de mettre en place un vrai partenariat avec l’Afrique pour apporter une réponse au changement climatique. » Plus de 140 chefs d’Etat sont attendus pour ce rendez-vous annuel. Ils s’adresseront ainsi aux 193 Etats Membres de l’organe délibératif, décisionnel et représentatif de l’Organisation des Nations Unies.

Comments
To Top