Societe

Le Maroc vise un taux de couverture médicale dépassant les 90%

hopital
Le Maroc espère un taux de couverture médicale dépassant les 90 pc d’ici 2025, a affirmé, lundi à Rabat, le Secrétaire général du ministère de la Santé

Le Maroc, qui a atteint à nos jours, un taux de couverture médicale de 62%, espère dépasser le seuil de 90% d’ici 2025, a affirmé le Secrétaire général du ministère de la Santé, Abdelali Belghiti Alaoui. Intervenant à l’ouverture de la 4ème Conférence de l’Association Africaine d’Economie et de Politique de Santé (AFHEA), M. Belghiti a relevé que la crédibilité de cette couverture demeure, toutefois, dans la capacité de satisfaire les citoyens et d’améliorer leur bien être.

Par ailleurs, le responsable a mis en relief l’importance de cette conférence, initiée en collaboration avec le ministère de la santé, le Réseau maghrébin d’Economie et des Systèmes de santé (RESSMA) et l’Ecole nationale de santé publique (ENSP), dans la mesure où elle constituera une plateforme d’échange et de partage d’idées sur les différents outils de maitrise de financement du secteur de la santé.

Relever le défi du financement de la santé requiert également, selon M. Belghiti Alaoui, le renforcement des capacités des autorités publiques pour pouvoir s’approprier les différents outils de maitrise de ces financements.

De son côté, le Directeur exécutif de l’AFHEA, Chris Atim, a relevé que les systèmes de santé se doivent d’être capables de satisfaire les besoins des populations, notamment les plus vulnérables.

Il a fait savoir que les conférences de l’AFHEA contribuent au renforcement des capacités et à la mise en réseau des experts travaillant dans le domaine du financement de la santé en Afrique, ajoutant que cette conférence ayant pour thème, « les Objectifs du Développement Durable (ODD), la Grande Convergence et la santé en Afrique », a pour objectif de promouvoir le débat et la discussion entre des chercheurs africains et internationaux, des experts et des décideurs politiques concernant les ODD, le cadre de la « Grande gouvernance » et l’agenda en matière de santé en Afrique.

Pour le Représentant de l’Organisation mondiale de Santé (OMS) au Maroc, Henry Souteyrand, l’établissement d’un lien entre économie et santé constitue un véritable défi pour les décideurs publics de par le monde.

C’est dans ce sens que l’OMS appelle constamment à œuvrer pour un investissement en capital humain pour développer d’un côté le bien-être des populations et réaliser, d’un autre, le développement économique, a rappelé M. Souteyrand.

Selon les organisateurs, cette conférence dont les travaux se poursuivront jusqu’au 29 septembre, s’assigne entre autres objectifs, d’aider à définir le programme de recherche et identifier les lacunes de la recherche concernant le thème choisi et de traduire les principaux résultats de la conférence en notes de politique et les communiquer aux décideurs.

Comments
To Top