Marrakech, conscience climatique de la planète

0
Quinze après avoir accueilli une première conférence internationale sur le climat, Marrakech sert de nouveau de conscience climatique à la planète.

Les travaux de la 22è Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22) renoue dès lundi avec la cité ocre transfigurée pour l’occasion.

Espaces réaménagés, nettoyés, hyper sécurisés… rien n’est laissé au hasard par les pouvoirs publics marocains qui depuis des mois mobilisent des moyens colossaux afin de garantir la réussite de l’évènement.

Vitrine d’un Maroc soucieux de coller à l’image d’un pays définitivement arrimé au progrès, l’évènement inspire une montée soudaine de patriotisme écologique qui a atteint son paroxysme à Marrakech.

Poubelles de tri sélectif, luminaires solaires, bornes de locations de vélo, objets recyclables… autant d’initiatives vertes qui n’ont pas manqué de ravir mais aussi d’irriter de nombreux Marrakchis qui se demandent pourquoi de telles actions ne sont menées que lorsque les projecteurs du monde sont braqués sur le Maroc.

43 chefs d’État et plus de 32 chefs de gouvernement et Premiers ministres ont confirmé leur présence dans la cité ocre, auxquels il faut ajouter 3300 acteurs de la société civile, a indiqué Salaheddine Mezouar, président de la COP22, lors d’une première conférence de presse conjointe, dimanche sur le site de Bab Ighli, avec la Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, Patricia Espinosa.

Erigé sur le site de Bab Ighli, le village destiné à recevoir les délégations du monde est divisé en deux grands quartiers : la zone bleue et la zone verte. 23.500 participants sont déjà inscrits dans la zone bleue, épicentre de la conférence.

Quadrillée par des agents de la sécurité de l’ONU, le lieu géré par l’organisation mondiale faisait encore dimanche l’objet d’une attention particulière, investi par des armées d’ouvriers occupés à apporter les dernières retouches. Plus de 30.000 participants sont attendus dans la zone verte destinée à la société civile et aux acteurs privés.

Le grands défi des participants sera de faire de l’accord de Paris adopté en 2015, une feuille de route crédible. Pour cela les négociateurs devront trouver un terrain d’entente.

Share.

About Author

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :