Un mégaprojet industriel maroco-éthiopien d’un investissement total de 3,8 milliards de dollars

0

Un partenariat stratégique entre l’Ethiopie et le Maroc pour développer une plateforme de production d’engrais de 1 er rang a été signé ce samedi à Addis Abeba. Ce mégaprojet industriel nécessitera un investissement total de 3,8 milliards de dollars d’ici 2025 (2,4 milliards lors de la première phase et 1,3 milliard lors de la seconde phase). Objectifs : produire 2,5 millions de tonnes/an d’engrais d’ici 2022 et atteindre une capacité totale de 3,8 millions de tonnes/an d’engrais en 2025.

Le Maroc et l’Ethiopie prévoient de développer ensemble une plateforme intégrée de classe mondiale pour la production d’engrais. Ce partenariat à portée continentale s’inscrit dans la continuité de l’engagement d’OCP en faveur du développement d’un véritable modèle de partenariat sud-sud.

Cet accord repose sur une vision commune du Maroc et de l’Ethiopie pour le développement de l’agriculture durable en Afrique et une volonté de renforcer les liens économiques entre les deux pays.

Ce partenariat s’appuie pleinement sur la complémentarité entre les ressources naturelles respectives des deux pays. Cette plateforme intégrée de production d’engrais s’approvisionnera à partir de matières premières locales : de la potasse et du gaz éthiopiens, tandis que OCP livrera les besoins en acide phosphorique.

La plateforme se compose de : 2 unités d’ammoniac, 1 unité de production d’engrais, 2 unités de production d’urée et une unité de blending et d’emballage. Le projet s’étend jusqu’à Djibouti, où une plateforme de stockage dédiée sera aménagée.

Ce projet générera 2 475 000 jours d’emplois lors de la phase de construction.

La plateforme industrielle est équipée de toutes les infrastructures de base nécessaires. Elle sera ainsi dotée d’une station de pompage d’eau et des installations de traitement d’eau et d’une centrale électrique, appelée à satisfaire les besoins en énergie de cette méga plateforme. Cette centrale présente un avantage important pour plateforme puisqu’elle sera indépendante en termes d’énergie.

Pour assurer les besoins en matières premières nécessaires à la plateforme d’engrais, une plateforme de stockage au niveau du port de Djibouti sera aménagée et sécurisée.

Cette plateforme nécessitera un investissement de 2,4 milliards de dollars dans sa première phase, afin de produire 2,5 millions de tonnes/an d’engrais d’ici 2022. Ce qui rendra l’Ethiopie autosuffisante en engrais, avec un potentiel à l’export.

Un investissement additionnel de 1,3 milliard de dollars est prévu d’ici à 2025, pour atteindre une capacité totale de 3,8 millions de tonnes/an d’engrais, pour soutenir la croissance de la demande locale.

Cette plateforme industrielle sera située à Dire Dawa. Elle sera composée de 2 unités d’une
capacité de 1 million de tonnes/an d’ammoniac, utilisées comme produit intermédiaire, et de 4 unités de production d’engrais, destinés à répondre à la demande locale, de 1,5 million de tonnes/an de NPS et de 1million de tonnes/an d’urée d’ici 2022.

Au terme de la seconde phase, la plateforme industrielle devra comprendre 9 unités, augmentant ainsi la production annuelle de 50% (2,2 MT / an NPS et 1,6 MT / an urée).

UN QUAI AU PORT DE DJIBOUTI POUR LE STOCKAGE DE L’ACIDE PHOSPHORIQUE

Pour assurer les besoins en matières premières nécessaires à la plateforme d’engrais, une plateforme de stockage sera aménagée au niveau du port de Djibouti, pour l’acide phosphorique expédiée du Maroc, l’acide sulfurique et la potasse.

Ces intrants seront transportés par train pour être acheminés vers la plateforme industrielle d’engrais, pour assurer un degré élevé d’autonomie de production.

Le stream-reforming du gaz naturel est l’étape principale dans la production d’hydrogène, qui sera combiné avec de l’azote.

Les deux usines d’ammoniac produiront 0,5 million de tonnes/an chacune.

Share.

About Author

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :