BCIJ: 40 cellules démantelées, 548 terroristes arrêtés depuis 2015

0
Le directeur du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), Abdelhak Khiame, a indiqué que cette structure a démantelé 40 cellules terroristes et à arrêter 548 personnes, depuis sa création.

Quelque 21 cellules ont été mises hors d’état de nuire en 2015 et 19 autres lors de l’année en cours, dont 4 cellules liées à la nébuleuse terroriste “Al Faye Wa Al Istihlal”, grâce à la politique proactive adoptée par le Maroc, a rappelé M. Khiame, dans un entretien accordé à la MAP.

Il a précisé que 36 de ces cellules sont liées à l’organisation terroriste auto-proclamée “Etat islamique” (EI), relevant que, dans le cadre de la stratégie anticipative du Royaume dans la lutte contre ce fléau destructeur, 548 personnes (275 en 2015 et 273 en 2016) ont été interpellées et déférées à la justice.

“De 2015 à 2016, le BCIJ a procédé à l’arrestation de 71 individus qui ont regagné le Maroc en provenance des rangs de l’EI. Et sur les 47 personnes arrêtées en 2016, 39 proviennent de la zone de conflit syro-irakienne et 8 autres de la Libye”, a-t-il ajouté.

Evoquant le cas des individus qui ont tenté de joindre les rangs de l’EI, 3 personnes ont été arrêtées: 2 ayant tenté de se rendre en Libye et une vers la zone syro-irakienne, a noté M. Khiame, faisant savoir que ces prévenus ont tous été traduits devant la justice.

Le BCIJ qui a, d’autre part, traité cinq affaires liées au port d’armes, a présenté 22 ex-détenus, 14 femmes et 20 mineurs à la justice et procédé au refoulement de 27 personnes, a relevé M. Khiame.

A propos de la lutte anti-terroriste à l’échelle nationale depuis 2002, il a rappelé que 167 cellules ont été démantelées, dont 46 étaient étroitement liées aux groupes actifs dans les zones de conflits aux côtés de “Daesh”.

Après avoir souligné que 341 tentatives terroristes ont été mises en échec par les services de sécurité marocains, M. Khiame a signalé que sur les 2.963 individus arrêtés et déférés à la justice, 277 avaient de lourds casiers judiciaires.

Les “combattants” marocains ayant péri dans les zones de conflit sont au nombre de 553 personnes, a indiqué le directeur du BCIJ, exprimant sa tristesse face au sort des jeunes innocents qui se font enrôler et endoctriner dès la fleur de l’âge dans des camps d’entraînement.

A travers leurs projets belliqueux, a-t-il fait savoir, les terroristes projetaient de perpétrer des attentats à l’explosif, commettre des assassinats et lancer des attaques à main-armée.

Share.

About Author

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :