Cinéma

Le Festival international du film de Berlin rend hommage au cinéma marocain

Rabat – le Festival International du Film de Berlin (Berlinale), qui se tiendra du 9 au 19 février, rendra cette année hommage au cinéma marocain, en accueillant dans sa section Forum de la Berlinale 2017 un spécial Maroc, intitulé « Autour de Bouanani, another Morrocan Cinema ».

Organisée en partenariat avec le Centre cinématographique marocain (CCM), cette programmation célébrera la mémoire d’Ahmed Bouanani, une figure de proue du cinéma marocain, ainsi que la génération des précurseurs, et sera marquée par la projection de plusieurs films, dont chacun d’eux sera vu deux fois dans le cadre du festival.

Les films proposés comportent trois longs métrages représentatifs de la tendance qui avait marqué le cinéma marocain des années 1970 et 1980, à savoir « Wachma » (Traces) de Hamid Bennani (1970), un film culte de la cinéphilie marocaine, « Assarab »(Mirage) de Ahmed Bouanani (1979), film synthèse d’une approche du cinéma ancré dans son histoire et sa culture , ainsi que « Hallak derb alfoukra » (Le coiffeur du quartier des pauvres) de feu Mohamed Reggab (1982), inscrit dans la douloureuse quête d’une nouvelle grammaire du cinéma au service des gens de la marge et des sans-voix, avec une interprétation inoubliable de Mohamed Habachi, indique le CCM dans un communiqué.

Les courts métrages proposés , quant à eux représentent l’âge d’or du court métrage marocain dont « Retour en Agadir » (1957) et « De chair et d’acier » (1967) de Mohamed Afifi (1967), « Tarfaya ou la marche d’un poète  » (1966), « Mémoire 14  » (1971), et « Les quatre sources » (1978) d’Ahmed Bouanani; « Six et douze » de Mohamed Abderrahman Tazi, Abdelmajid R’chich, et Bouanani (1978) outre « Alborak » de Majid Rechich (1973).

Tous ces films ont été portés par un souffle poétique et une quête d’un nouveau langage cinématographique, loin des schémas du cinéma commercial dominant, et ont été mis en scène par de véritables auteurs engagés dans des formes nouvelles d’expression, conclut le communiqué.

map

Comments
To Top
%d blogueurs aiment cette page :