Voyages

Le Maroc, thème de défilé au carnaval de Rio

L’école de Samba Mocidade independente de Padre Miguel à Rio de Janeiro a choisi Marrakech comme thème du défilé du carnaval 2017, fête nationale la plus populaire au Brésil.

Le choix du Maroc et plus spécifiquement de Marrakech en tant que thème du défilé du carnaval 2017 de l’école de Samba Mocidade independente de Padre Miguel à Rio de Janeiro, est avant tout un hymne à la diversité et culturelle et humaine du Royaume, a affirmé André Luis Silva Junior, l’un des contributeurs à la trame du défilé de cette année, une sorte de scénario autour duquel est bâti le spectacle de l’école.

En choisissant l’”enredo” (thème): “les mille et une nuits d’un Mocidade vers Marrakech”, l’école de Samba a “créé le rapprochement entre le Brésil et le Maroc et a mis en relief la diversité de la culture de ce Royaume d’Afrique du nord tout en disséminant un message de paix et de tolérance”, a-t-il indiqué dans un entretien accordé à la MAP, sur les préparatifs de la Mocidade independente de Padre Miguel, en lice pour le titre de meilleure école de Samba de l’année, aux côtés de 11 autres écoles considérées comme l’élite du carnaval de Rio de Janeiro.

“Nous avions quatre idées de thème pour cette année: le Maroc, Dubaï, New York et le Portugal. Suite à un processus de sélection rigoureux, le choix s’est porté sur le Maroc”, a fait savoir cet ancien juge d’écoles de samba, dont le premier contact avec le Royaume remonte à il y a cinq ans.

“La première fois que j’ai visité le Maroc, c’était il y a cinq ans. Lors de ce voyage en tant que touriste j’ai été particulièrement touché par la beauté de Marrakech avec sa place Jamaa El Fna, ses souks et de ses conteurs. Je ne comprenais pas l’arabe mais j’ai été charmé par cette atmosphère exotique et mystérieuse”, affirme Silva Junior, également auteur de la trame du défilé de l’année précédente, en relevant que ses souvenirs de voyage ont guidé son inspiration pour le défilé de la Mocidade qui rend hommage au Maroc et ses richesses naturelles, civilisationnelles et identitaires.

Ce premier voyage a été suivi d’une deuxième visite en avril 2016, qui lui a permis de sillonner divers musées et monuments dans plusieurs villes marocaines comme Rabat et Casablanca, par souci d’authenticité et sens du détail.

“La Mocidade a été particulièrement inspirée par le Maroc et nous avons décidé de créer une fable où l’histoire du Royaume était contée à la manière des mille et une nuits”, d’où l’inclusion du thème de la caravane du désert, des dromadaires, de Sherazade et de la lampe magique, a expliqué André Silva, qui n’a pas manqué de mettre en relief le travail de longue haleine de tous les membres de l’école de Samba carioca afin de créer de toutes pièces ce défilé féerique, où la gastronomie marocaine du Maroc et son histoire séculaire ont pris vie à travers des tableaux riches en symboles et d’une grande beauté.

En demandant à Sindibad d’ouvrir symboliquement les portes du Maroc lors de ce défilé, nous avons voulu présenter un Royaume enchanté où tous les rêves deviennent réalité, a-t-il dit, en précisant qu’un hommage a été rendu au legs des scientifiques arabes, qui ont enrichi la connaissance universelle avec des contributions à l’astronomie, aux mathématiques et à la biologie.

“L’importance du legs des scientifiques arabes a été reflétée par un char représentant l’Université de Fès, la plus ancienne institution dédiée au savoir dans le monde”, a précisé le sociétaire de la Mocidade independente de Padre Miguel, en ajoutant que près de 5.000 personnes ont œuvré d’arrache-pied pour préparer ce défilé, où un soin particulier a été apporté aux fantasias (Costumes).

De l’avis de M.Silva Junior, ces déguisements personnifient la beauté de la culture du Maroc et évoquent plusieurs constituants de la culture marocaine, à savoir les palaces, les porteurs d’eau, les souks, le thé à la menthe et l’artisanat.

Tout le long du défilé de la Mocidade independe de Padre Miguel au Sambadrome de Rio de Janeiro, nous avons voulu créer un lien entre les peuples du Brésil et du Maroc, ce pays de paix et de tolérance, s’est-il réjoui, en souhaitant que l’étoile verte du Maroc apportera bonne fortune à la Mocidade et l’aidera à remporter le précieux sésame de meilleure école de Samba de l’année.

“Nous vivons aujourd’hui dans une conjoncture marquée par la peur de l’autre et l’incompréhension, et à travers le Maroc, nous avons voulu célébrer la joie, l’ouverture sur l’autre et la nécessité d’être unis sous la même bannière, celle de l’humanité”, a conclu Silva junior.

Créée en novembre 1955, la Grêmio Recreativo Escola de Samba Mocidade Independente de Padre Miguel appartient aux écoles du Groupe Spécial, sorte de première division des écoles de samba à l’instar des clubs de football.

En 2016, cette école a offert un show haut en couleurs au Sambadrome de Rio sous le thème de “Don Quichotte de la Manche”.

Le carnaval est la fête nationale la plus populaire au Brésil, en particulier à Rio de Janeiro. Il s’agit de l’événement touristique le plus important de la municipalité de la Cidade Maravilhosa, devenue un vrai synonyme de la célébration du Carnaval dans le pays et même au monde.

Comments
To Top
%d blogueurs aiment cette page :