Le Maroc, une biodiversité riche mais menacée

0
Le Haut-Commissariat aux eaux et forêts fait savoir qu’un nombre considérable d’espèces se trouvent menacées d’extinction au Maroc sous l’effet de la dégradation de plusieurs écosystèmes.

Le Maroc est considéré comme l’un des pays les plus riches en biodiversité dans la région méditerranéenne, disposant d’une quarantaine de grands types d’écosystèmes, selon le Haut-Commissariat aux eaux et forêts et à lutte contre la désertification (HCEFLCD).

Cette richesse est caractérisée par une prédominance des écosystèmes forestiers stricts (forêts) et pré-forestiers (matorrals, steppes, etc.) qui favorisent le développement d’une faune très diversifiée de plus de 24.000 espèces et d’une flore estimée à 7.000 espèces avec un taux d’endémisme d’environ 20%, indique le HCEFLCD dans une fiche d’information, élaborée à l’occasion de la journée mondiale de la vie sauvage.

Menacées d’extinction

La faune mammalienne terrestre comprend près de 98 espèces dont 8 sont endémiques du Maroc et 13 considérées comme espèces menacées, tandis que l’avifaune compte plus de 480 espèces dont 206 nichent dans le pays, avec plus de 46 espèces menacées, lit-on au document.

L’herpétofaune (reptiles et amphibiens) du Maroc est la plus riche et la plus variée de l’Afrique du Nord, mais aussi de la Méditerranée occidentale, relève la même source, notant que cette faune comprend au moins 125 espèces et sous espèces, parmi lesquelles on compte 22 endémiques et 18 menacées.

Cependant, le HCEFLCD fait savoir qu’un nombre considérable d’espèces se trouvent menacées d’extinction sous l’effet de la dégradation de plusieurs écosystèmes.

Selon la fiche, la surexploitation des ressources naturelles, la perte et la fragmentation d’habitat, la déforestation, les incendies, le surpâturage, l’urbanisation et la pollution auxquels s’ajoutent les conditions climatiques sévères, constituent les principales menaces qui pèsent sur la biodiversité du pays.

Journée mondiale de la vie sauvage

Célébrée le 03 mars de chaque année, la journée mondiale de la vie sauvage se veut une occasion propice mettre en valeur les formes innombrables, belles et diverses, que revêtent la faune et la flore sauvages et de sensibiliser à la multitude d’avantages que la conservation de la nature procure aux êtres humains.

« Ecoutons la voix des jeunes », tel est le thème retenu en 2017 pour célébrée cette journée dans l’objectif d’impliquer les générations futures dans la lutte contre le braconnage et la contrebande des animaux sauvages.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction (CITES) règlemente le commerce international de près de 35.000 espèces de plantes et d’animaux, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales, qui conservent ainsi leurs moyens de subsistance, que de l’environnement mondial.

Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes CITES soit durable, légal et traçable.

Share.

About Author

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :