Cinéma

Festival de Tanger: “Pluie de sueur” de Belabbes rafle le Grand prix

Le long-métrage « Pluie de sueur » du réalisateur Hakim Belabbes a raflé le Grand prix du 18ème Festival national du film de Tanger, qui a clôturé sa programmation samedi soir.

Le film relate l’histoire de Mbarek, un petit paysan qui cultive son lopin de terre dans un village du Maroc profond. Il y vit avec sa femme Ayda, son vieux père malade et son fils adolescent Ayoub. Ce bout de terre est leur unique source de revenu, mais la sécheresse bat son plein. Alors que Mbarek passe son temps à creuser un puits dans l’espoir de pallier le manque d’eau, il reçoit un courrier officiel qui menace la saisie de son champ.

Le jury de la catégorie des long-métrages, présidé par l’écrivain et universitaire Fouad Laroui, a décerné son prix spécial au film « Headbang Lullaby » de Hicham Lasri, alors que le Prix de la réalisation a été remporté par Ahmed El Maanouni pour son long-métrage « La main de Fadma ».

Le Prix de la première œuvre a, quant à lui, été remis au film « Le clair obscur » de Khaoula Assebab Benomar, tandis que Mohamed Bouzaggou a remporté le Prix du scénario pour son long-métrage « Iperita ».

« Headbang Lullaby » de Hicham Lasri a valu à son protagoniste Aziz Hattab le Prix du 1er rôle masculin, alors que Fatima Ezzahra Bennacer a remporté le Prix du 1er rôle féminin pour son rôle dans le film « Pluie de sueur » de Hakim Belabbes. Les Prix du 2ème rôle masculin et féminin sont revenus, respectivement, aux acteurs Ayoub Khalfaoui et Sandya Tajdin pour leur rôles dans les long-métrages « Pluie de sueur » et « La nuit ardente » de Hamid Bénani.

Le film « La recherche du pouvoir perdu » de Mohamed Ahed Bensouda a raflé le Prix du son (Karym Ronda). Le Prix de l’image a été remis au film « Hayat » de Raouf Sebbahi (Luca Coassin). Le Prix de la musique originale a été décerné à Mohamed Oussama pour le film « Nouhe ne sait pas nager » de Rachid El Ouali, alors que celui du montage est revenu au documentaire « Le voyage de Khadija » de Tarik El Idrissi (Ivan Roiz).

Le documentaire « Les miracles d’un serment » de Loubna Elyounssi a remporté la mention spéciale du jury de la compétition des long-métrages, qui comprend la déléguée générale de la cinémathèque de Tanger Malika Chaghal, l’universitaire et critique littéraire Sanae Ghouati, l’exploitante et distributrice de films Mounia Layadi Benkirane, l’universitaire et critique Mohamed Gallaoui, le journaliste et critique Mohamed Jibril et l’écrivain, dramaturge et producteur Mohamed Kaouti.

Par ailleurs, dans la catégorie des court-métrages, le Grand prix a été remis à « Ima » de son réalisateur Hicham Regragui, alors que le film « Amal » de Aida Senna s’est vu décerner le Prix spécial du jury, présidé par le producteur, réalisateur et scénariste Mohamed Ulad Mohand.

Le court-métrage « Tikitat A’Soulima » de Ayoub Layoussifi a remporté le Prix du scénario, tandis que « La route vers les vers » d’El Ghali Graimiche s’est vu remettre la mention spéciale du jury.

Le jury de la compétition des courts métrages, qui a eu la lourde tâche de départager les différents films, était composé du metteur en scène et producteur Danièle J.Suissa, de l’universitaire et réalisatrice Nadia Ghalia Lamhaidi, du producteur Karim Debbagh et du journaliste et écrivain Said Koubrit.

La cérémonie de clôture de ce festival, placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, a été également marquée par un hommage rendu à Abdelkader Benkiran, doyen des professionnels du cinéma au Maroc qui a embrassé, pendant sa remarquable carrière, tous les secteurs du cinéma marocain: la distribution, l’exploitation et la production.

Quinze long-métrages et autant de court-métrages, signés par des réalisateurs marocains de différentes générations, ont été projetés dans le cadre des deux sections de la compétition officielle (courts et longs métrages) de ce festival, organisé par le Centre cinématographique marocain en collaboration avec les Chambres professionnelles du secteur.

Outre la compétition pour les films de long et de court métrage, le programme du 18ème FNF comporte des conférences de presse, des tables rondes sur des questions ayant trait au 7ème art, la présentation du bilan cinématographique au Maroc au titre de l’année 2016, ainsi que des débats et des activités parallèles.

Comments
To Top
%d blogueurs aiment cette page :