Mawazine: Une quarantaine d’artistes marocains sur la scène de Salé

0
La 16ème édition du festival Mawazine présentera, sur la scène de Salé, plus de 40 artistes nationaux représentant des genres divers (reggada, raï, hip hop, gnaoua, chaabi et chants hassanis).

Selon un communiqué de l’association Maroc Cultures, organisatrice du Festival, la scène de Salé sera ainsi animée, vendredi 12 mai, par les sonorités marocaines populaires de l’orchestre Mustapha Regragui, pianiste, violoniste et professeur de musique et de composition musicale au conservatoire de la Garde royale.

Il enseigne également au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse à Rabat. Il accompagne avec son orchestre plusieurs grands noms de la musique marocaine, au Maroc et à l’étranger et se produit dans différentes émissions des chaînes nationales.

Le samedi 13 mai, la musique rifaine sera au rendez-vous avec Rabah Mariwri, chanteur populaire de variétés et de reggada qui s’est fait remarquer en 1996 à la télévision nationale dans l’émission Studio El Fan. Depuis, il a enregistré huit albums et se produit dans de prestigieux événements au Maroc et en Europe. Rabah revisite la reggada avec différentes sonorités marocaines. Les titres El- Tanoura, ou encore Rachida, ont beaucoup contribué à populariser sa touche musicale.

Dimanche 14 mai, le raï sera représenté par une de ses figures féminines, Cheba Maria. Originaire de Casablanca et installée à Toulouse, Cheba Maria s’est rapidement faite une place dans le milieu. Elle a produit de nombreux titres à succès et a collaboré aux côtés de plusieurs artistes de raï. Son duo avec Cheb Rachid Enta ould bladi s’est vendu à plusieurs milliers d’exemplaires dans différents pays. En 2003, Cheba Maria a participé à l’album Rain’b Fever en duo avec Mohamed Lamine et Rohff, l’opus est vendu à plus de 250.000 exemplaires, pour ainsi recevoir de Sony Music son premier disque d’or.

La scène de Salé accueillera ensuite, le lundi 15 mai, le jeune prodige de la musique gnaoua, Mehdi Nassouli. Natif de Taroudant, il passe par l’école de la « Deqqa », art folklorique roudanais, puis se forme auprès des plus grands Maâlems gnaouais. Par ailleurs, il développe et tourne avec son projet Hommage à Taroudant au Maroc et à l’étranger.

L’artiste sillonne les continents en collaborant avec de grands noms tels que Justin Adams, Nneka, Andy Emler, Sami Waro ou encore Alpha Blondy. En 2016, Mehdi Nassouli a signé l’album Taziri, en featuring avec le célèbre Titi Robin.

Le mardi 16 mai, c’est la musique chaâbi qui sera mise en avant par le chanteur Hamid Serghini. Originaire de Kalaat Sraghna, Hamid Serghini a collecté les morceaux les plus célèbres du chaabi, les revisite à sa manière, et les chante en amazigh et en darija, il est aujourd’hui un incontournable de la nouvelle scène chaabi.

Le public de la scène de Salé se verra offrir le mercredi 17 mai une soirée hassani avec Batoul Marwani. Native de Laâyoune, elle a insufflé une nouvelle dynamique à la musique hassanie en modernisant un répertoire ancien sans pour autant le dénaturer, ce qui lui a valu une reconnaissance de la part des plus grandes manifestations artistiques marocaines.

Le même soir, L’Orchestre Cherkani se produira sous la direction du violoniste hors pair, Ahmed Cherkani. Professeur de chant, ténor, arrangeur et compositeur, il a à son actif une longue formation artistique, enrichie de diverses collaborations avec de grands chanteurs marocains. Sa qualité de chercheur lui permet de maîtriser différents styles musicaux marocains. En 2015, Cherkani a composé un album de musique instrumentale pour une véritable invitation au voyage.

Le rap sera ensuite au rendez-vous, le jeudi 18 mai, avec Masta Flow. Rappeur casablancais, Masta Flow a d’abord découvert le théâtre et la musique au sein d’une association de son quartier. Le hip hop l’attire et il forme son premier groupe qui remporte le prix du meilleur groupe hip hop au Tremplin des Jeunes Musiciens (2002). Un an plus tard, Casa Crew est formé, un groupe avec lequel il écrira son succès Men zanqa l zanqa (2004). Après des années de concerts et 2 albums au compteur, Masta Flow se lance en solo. Il fait de nombreux featurings et lance plusieurs titres à succès.

Avec plus de la moitié de sa programmation consacrée aux chanteurs et musiciens du Royaume, Mawazine confirme encore une fois son engagement pour la promotion de la musique marocaine.

Créé en 2001, le festival Mawazine Rythmes du Monde est le rendez-vous incontournable des amateurs et passionnés de musique au Maroc. Avec plus de 2 millions de festivaliers pour chacune de ses dernières éditions, il est considéré comme le deuxième plus grand événement culturel au monde.

Organisé pendant neuf jours, chaque année au mois de mai, Mawazine offre une programmation riche et exigeante qui mêle les plus grandes stars du répertoire mondial et arabe, faisant des villes de Rabat et Salé le théâtre de rencontres exceptionnelles entre le public et une kyrielle d’artistes de renom.

Porteur des valeurs de paix, d’ouverture, de tolérance et de respect, le festival propose un accès gratuit à 90 % des concerts, faisant de l’accessibilité des publics une mission essentielle.

Il est en outre un soutien majeur à l’économie touristique régionale et un acteur de premier plan dans la création d’une véritable industrie du spectacle au Maroc.

Share.

About Author

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :