Musique

Festival Gnaoua: une vingtième sous le signe de la nostalgie

Le festival d’Essaouira revient pour une vingtième messe Gnaoua, programmée du 29 juin au 1er juillet, avec une pointe de nostalgie et comme à l’accoutumée l’indémodable fusion proposée à profusion.

Vingt ans déjà et pas une ride pour ce festival pionnier qui draine chaque année des dizaines de milliers de spectateurs envoutés par la transe ancestrale des maitres du guembri.

Le secret de cette longévité ? La place centrale qu’offre le festival à la culture et la tradition, comme l’a évoqué Neila Tazi, productrice du Festival Gnaoua et Musiques du Monde, lors d’une conférence de presse organisée, mardi à Casablanca.

La tradition sera donc évidemment au cœur de cette vingtième édition avec les inoxydables fusions tagnaouites qui comme l’a rappelé Abdesalam Alikane, maalam gnaoua et concepteur artistique, ont permis à l’art gnaoua de connaitre une résurrection nationale et de se faire connaitre sur le plan international.

On retiendra de cette programmation plusieurs fusions teintées de nostalgie à l’image de la résidence créée par le Maâlem Abdeslam Alikane et Ray Lema, ou encore de la collaboration entre Loy Ehrlich et Band of Gnawa. Comment parler nostalgie sans évoquer Amazigh Kateb et son Gnawa Diffusion qui reviendront faire vibrer les remparts pour une troisième fois.

Mais le moment fort du festival sera incontestablement la montée sur scène de Lucky Peterson dont le blues légendaire va côtoyer les puissantes pulsations de Maalam Mustapha Baqbou.

Les festivaliers pourront enfin découvrir en live la sublime voix d’Ismaël Lô, star des disquaires souris. On notera par ailleurs le rendez-vous avec le jazz aérien de Bill Laurance et les rythmes endiablés de Carlinhos Brown.

Cette vingtième édition sera aussi l’occasion de présenter plusieurs résidences spécialement conçues pour la vingtième, comme le mariage entre le soufisme indo-pakistanais et la tagnaouite proposé par Titi Robin, ou le voyage de Guinée à Sidi Ali Ben Hamdouch créé par le Maâlem Hassan Boussou et ses compagnons.

Comments
To Top
%d blogueurs aiment cette page :