Monde

Le nouveau président Emmanuel Macron entre à l’Elysée

Paris | Le nouveau président Emmanuel Macron est entré dimanche, souriant, l’air solennel, au palais de l’Élysée qui accueille dans l’effervescence des grands jours le plus jeune président que la France ait jamais élu.

Il a promis de refonder l’Europe et rendre «confiance» aux Français, dimanche, dans son vibrant discours d’investiture. Le pays a choisi «l’espoir et l’esprit de conquête», «je ne céderai sur rien des engagements pris», «j’aurais la volonté constante de réconcilier et rassembler», a promis le nouveau président.

«L’Europe dont nous avons besoin sera refondée et relancée, car elle nous protège», a dit celui qui effectuera lundi son premier déplacement à l’étranger en se rendant à Berlin pour discuter avec la chancelière allemande Angela Merkel.

«Nous prendrons toutes nos responsabilités pour apporter chaque fois que ce sera nécessaire une réponse pertinente aux grandes crises contemporaines, qu’il s’agisse de la crise migratoire, du défi climatique, des dérives autoritaires, des excès du capitalisme mondial et bien sûr du terrorisme», a-t-il assuré.

Moment solennel

Son prédécesseur, le socialiste François Hollande, dont le mandat a été marqué par une impopularité record, a reçu sur le perron cet homme de 39 ans qui ne se dit «ni de droite, ni de gauche.»

Des centaines de photographes et de caméraman, déployés sur les flancs de la cour d’honneur et jusque sur les toits du palais présidentiel ont immortalisé sous un ciel menaçant ce moment solennel de la passation de pouvoirs.

Après sa victoire face à l’extrême droite, Emmanuel Macron, élu sans expérience électorale et sans parti politique structuré, a promis de réformer «profondément la vie politique», dans un pays très divisé, en proie à un chômage endémique (10%) et toujours sous état d’urgence du fait des menaces terroristes.

Pour gouverner et mettre en œuvre son programme libéral, en économie comme sur les sujets de société, l’ancien banquier d’affaires et ancien ministre de l’Économie a besoin que son jeune mouvement remporte la majorité aux élections législatives des 11 et 18 juin.

A son arrivée à l’Élysée, Emmanuel Macron a remonté le tapis rouge placé au centre de la cour ratissée, devant un détachement de la Garde républicaine, sous les yeux des centaines d’invités, pour rejoindre le perron où l’attendait son prédécesseur, conformément au protocole.

Tous deux sont ensuite entrés dans le bureau présidentiel, au premier étage du palais, pour un tête-à-tête au cours duquel le sortant livrera à l’entrant quelques secrets d’État dont les fameux codes de l’arme nucléaire.

Emmanuel Macron devient officiellement président une fois proclamés les résultats officiels de l’élection des 23 avril et 7 mai, marquée par la montée de l’extrême droite et l’élimination historique des partis traditionnels, la droite et la gauche au premier tour. Son épouse, Brigitte, vêtue d’une robe bleue lavande, avait été accueillie quelques minutes plus tôt sur le perron de l’Élysée par le chef du protocole. Elle devait rejoindre un salon du palais présidentiel.

Pour le passage de relais, le président François Hollande a indiqué son intention de «tout faire pour que ce soit simple, clair et amical».

«Je ne passe pas le pouvoir à un opposant politique, c’est quand même plus simple», a souligné celui qui avait renoncé à se représenter pour un second mandat en décembre, à cause de son impopularité record.

François Hollande veut s’assurer que son successeur «disposera de tous les éléments qui lui permettront d’être efficace dès le premier jour, que tous les dossiers sur les sommets internationaux soient préparés, que les sujets économiques et industriels soient bien appréhendés et que toutes les équipes fonctionnent en harmonie», a-t-il confié à l’AFP lundi, dans l’avion qui le ramenait de Berlin où il venait de partager un dîner d’adieu avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Rituels

Allocution du nouveau président, honneur au drapeau, hymne national, revue des troupes dans le parc, et 21 coups de canon compléteront le cérémonial à l’Élysée, avant son départ pour l’Arc de Triomphe où il posera une gerbe sur la tombe du soldat inconnu, qui représente tous les soldats tués au cours de la Première guerre mondiale.

Très vite, M. Macron devrait désigner son Premier ministre et former son gouvernement. Ses prédécesseurs dans la fonction ont le plus souvent nommé leur chef de gouvernement le jour même de la passation de pouvoir. Emmanuel Macron devrait attendre lundi, selon le calendrier évoqué par son entourage.

Lundi, le centriste qui prône une Europe à la fois «conquérante» et protectrice doit aussi se rendre à Berlin, son premier déplacement à l’étranger, pour rencontrer Angela Merkel. La chancelière a souligné lors d’une précédente rencontre leurs nombreuses «convergences» de vue.

En 2012, François Hollande avait rendu visite à Mme Merkel le jour même de son investiture. Le président Macron entend également se rendre très prochainement sur un théâtre d’opérations, auprès des troupes françaises, sans doute en Afrique.

En attendant, François Hollande prépare discrètement sa sortie. Mais contrairement à Nicolas Sarkozy (droite) qu’il avait remplacé en 2012, cet homme de 62 ans s’est gardé d’annoncer son retrait de la vie politique.

AFP

Comments
To Top
%d blogueurs aiment cette page :