Politique

Un responsable algérien agresse un diplomate marocain à Sainte-Lucie

Le Maroc a dénoncé jeudi l’agression physique de son diplomate Mohamed Ali Khamlichi par un responsable algérien lors d’une réunion d’un comité onusien dans les Caraïbes.

Le Comité spécial des 24 (C24) tenait ce jeudi 18 mai une réunion sur l’île antillaise de Sainte-Lucie.

« Depuis ces dernières années, à chacune de ces réunions se pose le problème de la représentativité pour nos provinces du sud, où nos représentants élus contestent la présence du Front Polisario », explique un responsable marocain à l’AFP.

Au cours de la réunion, Soufiane Mimouni, directeur général du ministère des Affaires étrangères algérien, a agressé physiquement l’adjoint de l’ambassadeur marocain à Sainte-lucie

« Notre diplomate a dû partir à l’hôpital, la réunion a été interrompue, une plainte a été déposée », ajoute le responsable marocain, photo à l’appui. Sur ces clichés, on voit un homme allongé sur le sol et auquel une secouriste porte assistance.

« extrême nervosité de la diplomatie algérienne »

Le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita a confirmé l’incident à l’agence de presse. « Arriver ainsi à transgresser tous les us et coutumes diplomatiques, de la part d’un haut diplomate, troisième personnage du ministère des Affaires étrangères algérien, c’est grave. Ce genre d’extrême, jusqu’à l’agression physique, c’est unique dans les annales ».

« Cela traduit une extrême nervosité de la diplomatie algérienne : qu’un représentant algérien se déplace jusqu’à Sainte-Lucie, et énervé par la demande de nos représentants, en vienne ainsi aux mains. C’est d’autant plus surprenant de la part d’un pays qui se dit simplement observateur » au Sahara marocain, ajoute-t-il, appelant Alger « à […] contribuer à une solution et à assumer sa responsabilité dans ce dossier ».

Les manœuvres du président vénézuélien du C24 dénoncées

Par ailleurs, les membres du C24 prenant part au séminaire régional de ce Comité avaient dénoncé vigoureusement, dans une lettre officielle, l’attitude partiale et biaisée du président du Comité, l’Ambassadeur du Venezuela aux Nations unies, Raphael Ramirez, d’imposer la participation du « polisario » au séminaire.

Huit membres du Comité, en l’occurrence Saint Vincent et les Grenadines, Sainte Lucie, Antigua et Barbuda, la Dominique, Saint Kits et Nevis, Grenade, la Côte d’Ivoire et la Sierra Leone, ont exprimé leur opposition catégorique à la décision du président du Comité d’inviter le “polisario” à prendre part à ce séminaire.

Ils ont rejeté avec force les arguments fallacieux avancés par l’ambassadeur du Venezuela pour tenter de conférer une prétendue représentativité aux séparatistes.

Ils ont souligné que la position de l’ambassadeur vénézuélien ne représente nullement celle des membres du C24, ajoutant que cette décision n’a même pas été discutée parmi les membres du Bureau du Comité, comme l’exigent les règles de procédures des Nations unies.

Les représentants des huit pays ont fait part de leur soutien sans réserves à la participation au séminaire des représentants démocratiquement élus des deux régions du Sahara marocain, insistant que cette participation leur permettra de partager avec le Comité les informations de première main sur les développements positifs politiques, économiques et socio-culturels au Sahara marocain.

L’envoi de cette lettre fait suite à l’intervention, dès l’ouverture du séminaire, de l’Ambassadeur Omar Hilale, Représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, qui a déconstruit, preuves à l’appui, les arguments infondés de l’Ambassadeur du Venezuela.

Comments
To Top
%d blogueurs aiment cette page :